Flash d'informations

Kadiogo : Des commerçants et ouvriers exigent de libérer Bassolé et Diendéré

Le Collectif des associations des commerçants et ouvriers du Kadiogo (CACOK) a animé un point de presse, le mardi 19 septembre 2017, à Ouagadougou. Tout en accusant le régime actuel d’être le responsable de la situation sécuritaire et économique du pays qu’il juge «chaotique», il a exigé la libération des généraux Djibrill Bassolé et Gilbert Diendéré pour l’intérêt national.

Lire la suite...

A la une

Sortie des OSC sur la situation nationale: «Le Burkina de Roch est devenu roc»

 

 La Coalition nationale des organisations de la société civile (CNOSC) a animé un point de presse, le lundi 20 mars 2017, à Ouagadougou, sur la situation qui prévaut actuellement au Burkina Faso. Pour la coalition, le pays va mal et si des réponses appropriées et efficaces ne sont pas apportées dans l’immédiat, le Burkina aura du mal à se relever.

Les différentes OSC qui ont fait «la pluie et le beau temps», pendant l’insurrection et la transition, sont en train de revenir sur la scène nationale et cela, après un long attentisme. Pour preuve, pas une seule semaine, sans que les «chasseurs» d’informations ne soient conviés à une conférence de presse. Et la dernière en date est cette sortie de la CNOSC, dans la soirée du 20 mars 2017. Selon son porte- parole, Steeve Zampaligré «Le pays de Roch est devenu Roc ». Il en veut pour preuve que deux ans après son avènement au pouvoir, rien n’a véritablement pas changé dans la conduite des affaires.

 

«A part l’absence de Blaise, François et Alizéta Gando, rien n’a changé…»

 

 «A part Blaise Compaoré, François Compaoré et Alizéta Ouédraogo dit Gando, qui ne sont plus aux affaires, rien n’a changé au sommet de l’Etat», argumente-t-il. Steeve Zampaligré poursuit que la gestion de la gouvernance est pire qu’avant, avec l’impunité, la corruption et le clientélisme qui continuent d’avoir droit de cité dans un pays postinsurrection. Pour illustrer la mal gouvernance, il revient sur le présumé cas de fraude dont a été victime l’Etat burkinabè de la part d’une société de cimenterie, révélé dans les précédentes parutions du journal «Courrier Confidentiel». Cette société, selon le journal d’investigation, doit au Trésor public la somme de 7 milliards de F CFA. Cette affaire a amené le porte-parole à se demander combien d’opérateurs économiques comme le propriétaire de cette cimenterie, se moquent éperdument du peuple ou violent la loi sans qu’elle ne crie ?

 

«Le système mafieux de Blaise est toujours en cours»

 

Steeve Zampaligré se dit désolé de constater que dans cette même affaire, des politiciens, tapis dans l’ombre, aient tenté d’étouffer l’affaire. Face à cela, il a interpellé la justice à faire toute la lumière sur cette fraude fiscale. Autre affaire qui défraie la chronique actuellement et dont votre journal a, à deux reprises, fait cas dans la rubrique les «News du jour», ce sont ces individus exerçant dans le domaine de l’informatique, des télécoms et dérivés, qui seraient impliqués dans un deal de blanchiment d’argent. Pour les conférenciers, il est clair que «le système mafieux des hommes d’affaires de l’ère Compaoré est toujours présent…».

«…il y a des milliards de F CFA qui dorment dehors»

 

Dans la même lancée, il a appelé l’Etat à mettre fin aux monopoles qui tuent l’économie nationale. Au gouvernement qui prétend que les caisses de l’Etat sont vides et que d’attendre le financement du PNDES, la CNOSC réfute cette argumentation et souligne que des milliards «dorment dehors». Elle a invité l’Etat à regarder de près vers les «ministres, les présidents d’institutions, les députés et les hommes d’affaires qui doivent des milliards à l’Etat». 

 

«Le fauteuil présidentiel n’est pas un banc…»

 

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, n’a pas été épargné par Steeve Zampaligré qui dit être inquiet de sa gestion du pouvoir. «Nous ne savons pas réellement dans quelle direction ce pouvoir nous conduits et par qui exactement il est dirigé», s’étonne le porte-parole. Et de s’interroger si c’est vraiment lui, le capitaine du navire. Sur le PF, il martèle que «le fauteuil présidentiel n’est pas un banc sur lequel plusieurs personnes peuvent s’asseoir». Pour lui, il faut que Roch Kaboré assume la plénitude de son pouvoir que lui a conféré une partie du peuple. A la question de savoir qui pourrait le manipuler, il répond sans ambages, que c’est «le président de l’AN, Salifou Diallo». Pour lui, il n’y a pas de doute qu’il y a un malaise profond au sommet de l’Etat. La CNOSC a salué le bon avancement du dossier Dabo Boukary et l’incération du colonel Mamadou Bamba dans cette même affaire. En plus de ce dossier, elle a interpellé les acteurs de la justice à donner une suite favorable à tous les dossiers pendants.

 

«…pas de consultation des généraux Diendéré et Bassolé»

 

Contrairement à certaines OSC qui, demandent au gouvernement de consulter les généraux Diendéré et Bassolé sur la lutte contre le terrorisme dont est victime le Burkina Faso, Steeve Zampaligré oppose un refus catégorique à un tel choix. «Nous, on va pas faire appel à ces généraux. Mais, s’ils sont patriotes et qu’ils peuvent apporter quelque chose à cette situation, qu’ils se proposent d’eux-mêmes», mentionne-t-il .

Pascal KABORE

Ajouter un Commentaire


Partners Section:

  1. New movie releases
  2. New movie releases
  3. New movie releases
  4. New movie releases
  5. New movie releases
  6. New movie releases
  7. New movie releases
  8. New movie releases
  9. New movie releases
  10. New movie releases
  11. New movie releases
  12. New movie releases
  13. New movie releases
  14. New movie releases
  15. New movie releases
  16. New movie releases
  17. New movie releases
  18. New movie releases
  19. New movie releases
  20. New movie releases
  21. New movie releases
  22. New movie releases
  23. New movie releases
  24. New movie releases
  25. New movie releases
  26. New movie releases
  27. New movie releases
  28. New movie releases
  29. New movie releases
  30. New movie releases
  31. New movie releases
  32. New movie releases
  33. New movie releases
  34. New movie releases
  35. New movie releases
  36. New movie releases
  37. New movie releases
  38. New movie releases
  39. New movie releases
  40. New movie releases
  41. New movie releases
  42. New movie releases
  43. New movie releases
  44. New movie releases
  45. New movie releases
  46. New movie releases
  47. New movie releases
  48. New movie releases
  49. New movie releases
  50. New movie releases
  51. New movie releases
  52. New movie releases
  53. New movie releases
  54. New movie releases
  55. New movie releases
  56. New movie releases
  57. New movie releases
  58. New movie releases
  59. New movie releases
  60. New movie releases
  61. New movie releases
  62. New movie releases
  63. New movie releases
  64. New movie releases
  65. New movie releases
  66. New movie releases
  67. New movie releases
  68. New movie releases
  69. New movie releases
  70. New movie releases
  71. New movie releases
  72. New movie releases
  73. New movie releases
  74. New movie releases
  75. New movie releases
  76. New movie releases
  77. New movie releases
  78. New movie releases
  79. New movie releases
  80. New movie releases
  81. New movie releases
  82. New movie releases
  83. New movie releases
  84. New movie releases
  85. New movie releases
  86. New movie releases
  87. New movie releases
  88. New movie releases
  89. New movie releases
  90. New movie releases
  91. New movie releases
  92. New movie releases
  93. New movie releases
  94. New movie releases

Aujourd'hui au Faso

11 BP 529 Ouagadougou CMS 11- Téléphone: 50 30 27 37/ 70 93 57 57 - Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | webmail