120 jours de captivité et la liberté pour sœur Suellen : Heureux dénouement pour la religieuse octogénaire

120 jours de captivité et la liberté pour sœur Suellen : Heureux dénouement pour la religieuse octogénaire

Bonne nouvelle pour la congrégation des sœurs Marianites de Sainte-Croix,  l’Eglise catholique et le commun des Burkinabè. La sœur religieuse américaine Suellen Tennyson (83 ans), enlevée dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 avril 2022, a été libérée par ses ravisseurs.

 L’information a été donnée par l’Evêque de Kaya, Monseigneur Théophile Naré, dans un communiqué rendu public le mardi 30 août. Heureux dénouement pour l’octogénaire sœur religieuse qui peut enfin humer l’air de la liberté après 120 jours de captivité. Selon le communiqué du prélat, l’ex-otage est en lieu sûr et jouit d’une bonne santé.

Si l’on ignore les conditions de cette libération qui ravit les cœurs, il convient de se réjouir de cet dénouement que l’Evêque n’a pas manqué de saluer à sa juste valeur. Disons-le, dans ce Sahel en proie aux incessantes incursions des groupes armés terroristes qui sèment mort, terreur et désolation dans plusieurs contrées,  la libération d’un otage constitue toujours une bonne nouvelle et un motif de satisfaction. Quels sont les dessous de cette libération ? Qui a manœuvré pour que l’octogénaire qui officiait à Yalgo puisse recouvrer la liberté ? Nous n’en savons pas davantage ! Y a-t-il eu versement d’une rançon ? Nul ne saurait le dire non plus !

En tout cas, c’est bien loin l’époque où des images de médiateurs (facilitateurs), ou de libérateurs émergeant d’un hélicoptère avec des otages fraichement libérés accueillis par des autorités faisaient le tour du monde. De nos jours, tout semble se faire dans la discrétion et le plus grand secret. L’un dans l’autre, cette libération redonne l’espoir et ravive la flamme d’un éventuel affranchissement de plusieurs autres otages des groupes terroristes qui écument la bande sahélo-saharienne. C’est du reste ce  que souligne l’Evêque Théophile Naré, en exprimant une pensée particulière à l’Abbé Joël Yougbaré du diocèse de Fada N’Gourma, enlevé le  17 mars 2019 par des hommes armés alors qu’il était en mission dans le diocèse de Dori. Espérons donc que ce vent de liberté s’étende à tous ces otages qui ne demandent qu’à regagner leur foyer et retrouver les siens.

La REDACTION

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR