2e édition de la semaine de l’industrie burkinabè : Trouver les solutions aux maux qui minent le secteur

2e édition de la semaine de l’industrie burkinabè : Trouver les solutions aux maux qui minent le secteur

En marge de la célébration de la 2e édition de la semaine de l’industrie burkinabè et de la journée de l’industrialisation  de l’Afrique, le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, a organisé une série de panels sur le thème : «Promotion d’une industrialisation durable en Afrique de l’Ouest : quelle place pour l’industrie burkinabè dans le développement des chaines de valeurs sous régionales ?». La cérémonie d’ouverture a eu lieu le mardi 19 novembre 2019, dans l’enceinte de la Maison de l’entreprise.

Du 18 au 20 novembre 2019, se tient à Ouagadougou, la 2e édition de la semaine de l’industrie burkinabè et la journée de l’industrialisation  de l’Afrique.  A ce effet, le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat organise une série de panels sur le thème central : «Promotion d’une industrialisation durable en Afrique de l’Ouest : quelle place pour l’industrie burkinabè dans le développement des chaines de valeurs sous régionales ?». En plus du thème central, d’autres thèmes seront aussi discutés à ces panels. Il s’agit de l’impact de la fraude sur les ambitions d’industrialisation du Burkina Faso : quelles mesures structurelles de lutte ? Mise en place des infrastructures de soutien à l’industrie : cas du projet de création de zones économiques spéciales et de zones artisanales dans les 13 régions du Burkina Faso. Dynamisation de la bourse sous-traitance et de partenariat du Burkina Faso : Opportunité de promotion et de renforcement de la participation des entreprises minières et le nouveau code des investissements pour la promotion de l’investissement industriel et la transformation de nos matières premières agricoles. La cérémonie d’ouverture a eu lieu le mardi 19 novembre 2019, en présence du conseiller technique du ministère en charge du Commerce, Marcel Sinka, représentant le ministre. Ces thèmes, à l’écouter, sont en droite ligne avec la politique nationale du ministère et le Plan national de développement économique et social (PNDES). De ses dires, l’objectif poursuivi à travers ces panels est d’échanger avec l’ensemble des acteurs autour d’un certain nombre de préoccupations afin de permettre à l’industrie de contribuer au développement du Burkina, cela à travers la transformation des matières premières locales.

Abordant une des thématiques, le directeur général du développement industriel, Sylvanus Traoré explique qu’il s’agira de voir à travers la transformation des différentes matières premières qui existent, le positionnement du Burkina Faso.  «On est un pays producteur de coton, la chaine de valeur va de la production jusqu’à l’étoffe qui va être consommée aux produits qui vont être utilisés dans le secteur de la médecine. Où est-ce que le Burkina peut avoir un avantage comparatif pour se mettre ? Est-ce que c’est sur notre Faso Dan Fani, est-ce que c’est sur la fabrication des produits à usage biomédical ?», s’est-t-il interrogé.

Les participants à ces panels, se composent entre autres d’industriels, de transformateurs, de distributeurs et également du monde estudiantin. Selon les explications de Sylvanus Traoré, la zone de libre-échange entrera pleinement en vigueur dans une dizaine d’années. En associant ces jeunes à la discussion pour leur présenter toutes les opportunités, c’est une manière de les préparer à assurer la relève. «C’est important que ceux qui viendront par la suite aient la capacité d’avoir déjà bien compris aujourd’hui toutes les implications dans cette zone de libre-échange et qu’ils puissent faire en sorte que le Burkina puisse avoir une vrai caution à cette zone de libre-échange continentale», a complété Sylvanus Traoré.

Pélagie OUEDRAOGO

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR