2e session extraordinaire de l’Assemblée nationale : L’institution s’érige en avocat défenseur des FDS

2e session extraordinaire de l’Assemblée nationale : L’institution s’érige en avocat défenseur des FDS

La deuxième session extraordinaire de l’Assemblée nationale s’est ouverte, ce mercredi 12 septembre 2018, par des explications de son président, Alassane Bala Sakandé, se pencher sur la situation sécuritaire, au moment où la terreur et le désarroi se sont abattus sur certaines contrées du pays, amenant certains à douter de la capacité de l’Etat à assurer la sécurité publique.

Le Burkina est la cible, depuis plus de deux ans, d’attaques terroristes, qui ont connu une recrudescence inouïe ces temps-ci dans les régions de l’Est et du Sud-Ouest, plongeant les Burkinabè dans la psychose. Pour les parlementaires, ce combat contre le terroriste est l’affaire de tous, c’est pourquoi, la conférence des présidents réunis, ce mercredi 12 septembre 2018 a établi pour cette 2e session, un projet d’ordre du jour essentiellement défini au tour des préoccupations sécuritaires au regard de la recrudescence des attaques meurtrières auxquelles font face nos Forces de défense et de sécurité (FDS).

Pour ce faire, le président de l’institution, Alassane Bala Sakandé, a expliqué qu’il sera procédé à l’audition du Premier ministre, en séance plénière sur le sujet. Il sera également mis en place au cours de la présente session une commission ad hoc chargée d’auditionner les ministres sur l’impacte de la question sécuritaire dans leurs déplacements respectifs.

Il s’agit des ministres de la défense nationale, de la sécurité, de l’éducation nationale, de l’économie et des finances, des mines et des carrières, du commerce, de l’environnement, de la justice, des infrastructures, de l’administration territoriale, de l’agriculture, de la santé. «A l’issue des ces auditions, la commission procédera à la restitution en plénière», a informé le président. Par ailleurs, Bala Sakandé a rappelé que l’’histoire de l’humanité nous enseigne que lorsque la guerre éclate entre les justes et les forces du mal, ce sont les justes qui triomphent toujours.

«La lutte sera peut-être longue, farouche et couteuse, mais notre victoire est inéluctable». C’est ainsi qu’il a paraphrasé l’historien Yuval Noah Harari. «Sachant qu’elle ne peut pas détruire la bananeraie qu’elle a en ligne de mire, la mouche a la diabolique, mais ingénieuse idée de s’introduire dans l’oreille de l’éléphant et de bourdonner. Enragé et affolé, le pachyderme détruit tout sur son passage faisant ainsi le jeu ou la guerre à la place de la lâche mouche».

Toutefois, le chef de l’hémicycle a prévenu les ennemis de notre peuple, qu’ils se détrompent, car nous n’allons pas faire leur perfide jeu.  «Les Burkinabè resteront unis et déterminés, afin de leur opposer une riposte simple, méthodique, implacable et féroce», foi d’Alassane Bala Sakandé. Pour lui, loin de s’inscrire dans une logique de simple formalité parlementaire, la présente session extraordinaire doit donner un signal fort à la suite de celui marqué par le chef de l’Etat, à l’issue de la session extraordinaire du conseil national de défense.

Aline Ariane BAMOUNI

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR