30 civils, 14 militaires et 3 VDP tués à Gorgadji : pas de trêve pluviale chez les  terroristes

30 civils, 14 militaires et 3 VDP tués à Gorgadji : pas de trêve pluviale chez les terroristes

Pas de répit pour les pays de la bande Sahélienne en proie aux assauts répétés des hordes terroristes. Alors que la saison des pluies est à son point culminant, le Mali, Niger et le Burkina Faso sont constamment endeuillés par les groupes armés terroristes. Soixante-douze heures après le Niger où plus d’une trentaine de paysans (37) avaient été abattus de sang –froid alors qu’ils étaient en plein labour de leurs champs, c’est au tour du Burkina Faso d’être la cible d’une embuscade meurtrière qui a visé des civils et des militaires.

Hier mercredi 18 août 2021, trente (30) civils, trois Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) et quatorze (14) militaires et gendarmes ont été tués dans une attaque terroriste. Selon plusieurs sources concordantes, l’embuscade s’est produite dans les environs de Gorgadji alors que le convoi mixte (militaires et gendarmes) appuyé par des VDP était en mission de sécurisation  de civils en direction d’Arbinda. Selon un décompte non officiel, l’attaque a fait au moins quarante-sept (47) morts et dix-neuf (19) blessés. Selon les mêmes sources, au cours des combats, cinquante-huit (58) terroristes ont été neutralisés.

Ces attaques qui interviennent en pleine saison pluvieuse, et de surcroit en août réputé être un mois où il tombe des hallebardes, montrent que les groupes armés terroristes jadis limités dans leurs actions en cette période, ont franchi un palier. Désormais, on ne pourra plus parler de trêve pluviale comme l’ont toujours ressassé des spécialistes de la question sécuritaire au Sahel. On  a la vague impression que les terroristes ambitionnent d’empêcher les populations de s’adonner aux travaux champêtres. Au cours de ces dernières semaines, le pays des hommes intègres a été maintes fois frappé. Le 5 août dernier, dans la commune de Markoye, localité située dans la province de l’Oudalan, une trentaine de personnes, dont 15 militaires et quatre VDP (supplétifs de l’armée burkinabè), avaient été tuées dans une double attaque. Trois jours plus tard, soit le dimanche 8 août 2021, une douzaine de militaires et gendarmes étaient tués dans une embuscade à Toéni, dans la Boucle du Mouhoun.

Ces assauts répétés sont le signe qu’en dépit de la montée en puissance des armées, l’hydre terroriste continue de déployer ses ailes à l’intérieur du pays. C’est aussi la preuve que la guerre contre ce terrorisme endogène qui a pris forme dans ce pays est un combat de longue haleine qui doit allier rigueur et tact.

La rédaction

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR