4 otages retrouvés sains et saufs au Burkina : Le retour des rapts rançonnés au Sahel ?

4 otages retrouvés sains et saufs au Burkina : Le retour des rapts rançonnés au Sahel ?

La nouvelle de leur disparition avait enflammé la toile et provoqué l’incompréhension au sein de l’opinion nationale, mais l’attente n’aura duré que le temps d’une journée. Dans une brève note publiée sur les réseaux sociaux dans la journée du dimanche 24 novembre 2019, le ministère de l’Economie numérique et des postes, a annoncé que les quatre travailleurs, membres d’une équipe de prestataires pour le déploiement du Projet Backbone national des télécommunications (PBNT) portés disparus dans la province de la Léraba (région des Cascades) ont été retrouvés sains et saufs dans la journée du samedi.

Ces quatre travailleurs (trois Burkinabè et un expatrié Asiatique) disparus vendredi 22 novembre dans la région des Cascades ont été retrouvés samedi. Comme l’a annoncé le gouvernement dans une note, ils ont été reçus par le chef du gouvernement Christophe Marie Joseph Dabiré hier dimanche 24 novembre 2019 en fin de journée.  Ils avaient disparu vendredi entre Ouo et Sidéradougou, dans l’Ouest du pays, alors qu’ils travaillaient sur l’installation d’infrastructures de télécommunication.

Happening End donc pour les quatre travailleurs, même si on ignore s’il y a eu paiement de rançon ou non, on en vient à se demander si c’est une énième saison des rapts terroristes rançonnés au Sahel ? Certes, le docteur Eliott et sa femme étaient enlevés en Janvier 2016. Avant lui,  Lulian Gherghut, un officier de sécurité roumain avait été enlevé le 4 avril 2015 à Tambao, dans la région du Sahel.

Plusieurs maires de communes également, mais des prises d’otages d’expatriés avient connu leur floruit sous le régime déchu, qui était d’ailleurs passé maitre dans la négociation pour leur libération : Pierre Camate, Alicia Gomez, Roque Pasqual, Sergio Cicala et son épouse, les 5 Français et le Malgache enlevés à Arlit, Gilberto Rodriguez Leal et Sergio Lazérevic ce sont là, quelques noms d’otages enlevés au Mali, au Niger et au Burkina puis libérés ou non.

Et si les attaques et les attentats ont continué, ce fonds de commerce que constitue les rapts s’étaient quelque peu espacés voire estompés. Est-ce une reprise avec ces quatre agents du PBNT ? Si c’est le cas, le lieu, la région des Cascades intrigue, car jugée à l’abri des visées terroristes. Mais comme aparament c’est un fonds de commerce qui rapporte gros…

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR