A bâtons rompus entre le président Mahamat Deby et son opposant Succès Masra au Tchad : Jusqu’où ira ce nouveau dégel politique ?

A bâtons rompus entre le président Mahamat Deby et son opposant Succès Masra au Tchad : Jusqu’où ira ce nouveau dégel politique ?

Signature d’un Accord à Kinshasa le 1er novembre 2023 pour le retour du patron des Transformateurs Succès Masra, puis dans la foulée, retour de ce dernier à N’Djamena suivi d’une loi d’amnistie, et la reprise de ses activités politiques, après l’intermède et l’exil forcés suite aux tragiques évènements du 20 octobre 2022.

 Et voilà qu’hier (jeudi), le poil à gratter du régime de Deby-fils, Succès Masra est reçu par le président de la Transition, pour des échanges cordiaux et détendus ! C’est une image d’Epinal dans ce Tchad où malgré le dialogue national inclusif et les discours d’apaisement entre le pouvoir et les groupes politico-militaires, l’Opposition et les rebelles, c’est la guerre, il faut le dire !

Succès Masra, a toujours un langage politique axé sur la justice sociale, le liberté d’opinion et un meilleur quotidien pour les Tchadiens. Pour lui, il faut une véritable réconciliation et l’amnistie en est un marchepied. Maintenant, il est des sujets qui fâchent et qui pourront écorcher ou mettre fin à cette amorce d’idylle politique Masra-Deby : la Constitution, et surtout le processus de la Transition. «Nous sommes là pour donner suite à l’accord de Kinshasa qui est un accord de réconciliation», a laissé entendre le leader des Transformateurs à sa sortie d’audience.

Désormais, on peut dire que la Transition au Tchad est sur une lancée, celle du vivre-ensemble, de la cohésion. Pour la suite, il faut attendre de voir et cette suite est forcément liée au rôle du Général «Kaka», surnom du président Déby Mahamat, à savoir, fera-t-il tomber la tenue 5 étoiles, pour endosser le boubou du présidentiable ? La durée de la Transition sera-t-elle écourtée ou non ?  Quel sera le sort des groupes politico-militaires, par exemple le FACT, dont un des éléments serait à l’origine de la mort du maréchal Deby ?

En clair, réconciliation pour réconciliation, il faut un canevas consensuel et que chacun respecte sa part du contrat. On ne peut que féliciter en tout cas de cette posture des protagonistes tchadiens tout en se demandant, jusqu’où ira cette nouvelle idylle politique, dans ce Tchad ou la moindre peccadille peut mettre le feu aux poudres ?

 La rédaction

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR