Affaire Adama Kanazoé : Eric Bougouma, s’en  lave les mains

Affaire Adama Kanazoé : Eric Bougouma, s’en  lave les mains

Ce qui avait l’air d’un canular est en passe de s’imposer comme une autre sombre affaire impliquant un gros bonnet du sérail du pouvoir. Depuis deux jours, des enregistrements audio attribués à Adama Kanazoé, conseiller spécial du chef de l’Etat et mettant en scène au moins deux personnes circulent et font le buzz sur les réseaux sociaux.

Après écoute, il y est question de l’attribution d’un marché de plusieurs millions à une entreprise par entente directe où des choses pas très catholiques se seraient passées. Face à la polémique qui enfle depuis, le ministre des Infrastructures Eric Bougouma dont le département est directement concerné a vite fait de nier son implication. C’est à travers un bref communiqué publié sur sa page Facebook hier mardi 30 juin 2020 dont voici la teneur :

«C’est avec un grand étonnement que nous avons découvert sur les réseaux sociaux, des bandes sonores et des écrits évoquant une “affaire” entre Monsieur Adama Kanazoé et ses partenaires supposés, concernant un marché de travaux de la route nationale (RN15). Je tiens à porter à la connaissance de tous, qu’aucun marché de travaux de la RN15 n’a été attribué, d’aucune manière et à aucun moment à Monsieur Adama Kanazoé. Je n’ai jamais eu connaissance ni d’une sous-traitance, ni d’un lien quelconque entre Monsieur Adama Kanazoé et une quelconque entreprise dans le cadre d’un marché de travaux sur la RN15 », a affirmé le ministre Bougouma. «Par conséquent, dans cette affaire, il serait faux et diffamatoire toute allégation tendant à faire croire qu’il aurait trempé dans une quelconque machination», a-t-il conclu.

Notons qu’hier mardi 30 juin 2020, lors du traditionnelle point de presse de  l’Opposition, les conférenciers ont invité la justice à se saisir de ce dossier et appelé à l’inculpation du conseiller spécial du chef de l’Etat pour « corruption, concussion et enrichissement illicite».

Plusieurs scandales impliquant des barons du pouvoir ont éclaté ces derniers mois et ont fait les choux gras des journaux. Ce qu’il convient d’appeler «l’Affaire Adama Kanazoé», intervient quelques semaines après l’incarcération de l’ancien ministre de la Défense à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) suite à une plainte du Réseau national de lutte contre la corruption (REN-LAC), pour enrichissement illicite au sujet de la  résidence érigée à Manga , sa ville natale estimée à 235 millions de francs CFA.

Le parquet avait décidé après audition de décerner un mandat de dépôt à l’ancien ministre le 26 mai 2020. Une autre affaire dans laquelle est citée le maire de la capitale, Roland Armand Béouindé, est en cours d’instruction. Elle est en rapport avec l’acquisition dans des conditions peu licites de 77 véhicules par la commune de Ouagadougou.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR