Affaire apologie du viol sur NCI : Du «Balance Ton Porc» à l’Ivoirienne

Affaire apologie du viol sur NCI : Du «Balance Ton Porc» à l’Ivoirienne

Yves de M’Bella et les acteurs de l’émission «Ici vacances» de la chaine de Télévision NCI espéraient sans aucun doute de la publicité et de l’audience en initiant, montant et exécutant la session de télé avec un violeur ex-condamné pour coups et blessures. Ils sont comblés au-delà de leurs attentes. Mais pas certainement comme ils l’auraient voulu !

C’est bien d’un bad buzz dont il s’agit et qui nuit emblématiquement et sans doute pour longtemps à la réputation d’un animateur, Yves de M’Bella, qui était connu et adulé.

Comment va-t-il gérer cette situation ? Quel possible amende honorable peut-il faire ? Il ne se souvient pas du «Metoo» et du «Balance ton porc» qui ont secoué les galaxies du cinéma de la mode et de la politique ?

En attendant, la Justice l’a en ligne de mire ainsi que celui qui a accepté mimer l’acte abjecte qu’il avait commis et qui  a détruit la vie d’un être humain. Les organisations féminines sont aussi montées au créneau, en manifestant ce 1er septembre 2021 devant les locaux de la chaine NCI pour scander «non au viol» et s’insurger contre ce qui est à l’analyse, une banalisation de l’acte de viol.

Cette marche rappelle en effet le mouvement qui avait saisi les plateaux de tournage où de nombreuses femmes ont dénoncé ce qu’elles subissaient en silence, derrière les caméras de cinéma. Harcèlement, viol et autres maltraitances à caractère sexuel sont vécues dans leur chair par des femmes, et le plus souvent, dans un mutisme qui enrobe davantage de cruauté ces situations.

La passe sombre que traversent NCI et son animateur doit parler à l’ensemble des acteurs des médias. L’information est une denrée sensible, aussi délicate et explosive qu’une galette de C4. Sa manipulation requiert la plus grande dextérité et une très  grande prudence. Assurément, Yves de M’Bella n’a pas souhaité inspirer d’autres actes ou stimuler d’autres actes de viol, pas plus qu’il n’aurait voulu faire revivre des scènes atroces et insoutenables à des victimes qui se battent chaque jour pour sortir de trappe obscure de leur vie.  Mais le résultat est bien là et quoi qu’il puisse avancer pour se défendre, les faits sont têtus et leurs conséquences,  acariâtres.

A l’avenir donc, il faudra remuer plusieurs fois les sujets dans les salles de rédaction avant de les livrer sur la table à  dégustation des citoyens, afin de ne pas provoquer des intoxications dommageables.

Ahmed BAMBARA

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR