Affaire Béouindé : Narcisse Sawadogo et son complice Alassane Bagagnan écopent de 12 mois fermes

Affaire Béouindé : Narcisse Sawadogo et son complice Alassane Bagagnan écopent de 12 mois fermes

L’affaire Béouindé dans laquelle comparaissaient le juge Narcisse Sawadogo et son complice Alassane Bagagnan a connu son épilogue dans la journée du vendredi 14 août 2020 au Tribunal de grande instance de Diébougou dans la province de la Bougouriba. Au terme d’une journée marathon, les deux accusés ont été reconnus coupables de tentative d’escroquerie sur la personne du maire de la capitale Louis Armand Béouindé et écopent chacun de vingt-quatre (24) mois de prison dont douze (12) mois avec sursis et un (1) million  de francs CFA d’amende. Pour ce qui est du chef d’inculpation de «diffamation», le tribunal a estimé qu’il n’était pas constitué. 

Au cours de cette audience, les avocats de la défense ont dans un premier temps, tenté de faire classer le dossier en soulevant des exceptions et des manquements à la procédure. Mais que nenni, le tribunal a décédé de tenir l’audience. Toutes les parties, à savoir le maire de Ouagadougou, les deux accusés ainsi que les témoins de l’affaire ont tous été entendus. Après ce verdict, Me Somé, avocat de Narcisse Sawadogo s’est dit surpris. «C’est une grande surprise pour moi, tout au plus on peut reprocher à mon client des mensonges, pas de manœuvres frauduleuses ayant pu conduire le tribunal à reconnaitre sa culpabilité pour ce qui concerne ce délit. Et immédiatement nous allons faire appel contre cette décision», a-t-il indiqué.

Pour sa part, Me Willy avocat de Béouindé s’est dit satisfait. Pour lui, le fait de tenir ce procès est une victoire. «Quand le problème s’est posé, nous sommes allés à toutes les portes. Toutes les fois que nous avions posé le problème et toutes les fois que notre interlocuteur (autorité de police judiciaire, autorité de poursuite) s’est rendu compte qu’un magistrat était en cause, tout le monde s’est rétracté en nous affirmant de laisser tomber cette affaire qui n’aboutirait jamais parce que nous allions nous brûler les ailes», ajoute Me Dieudonné Willy. Notons que la défense a quinze jours pour interjeter appel à compter de la date du verdict.

Tout est parti de l’affaire d’achat de 77 véhicules par la mairie de Ouagadougou. La justice avait ouvert une enquête pour vérifier la régularité de la procédure d’achat des dites véhicules. C’est en ce moment que les deux sieurs entrent en contact avec le maire de la capitale et lui proposent de l’aider à étouffer le dossier contre le paiement de la somme de 70 millions de francs CFA. Le maire diffuse les conversations et les enregistrements  sur les réseaux sociaux. C’est ainsi que le parquet s’est saisi du dossier et ouvert une information judiciaire.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR