Affaire Wagner: l’Union européenne serre la vis au Mali, mais qu’en pensent les Sahéliens?

Affaire Wagner: l’Union européenne serre la vis au Mali, mais qu’en pensent les Sahéliens?

 Après Paris et Berlin, c’est au tour de l’Union européenne de s’inquiéter d’un éventuel accord entre le Mali et le groupe de sécurité privé russe Wagner. Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, s’est en effet brièvement exprimé sur le sujet, hier mardi 21 septembre 2021 à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies.

S’il a utilisé le conditionnel, indiquant «autant que je sache, aucune décision n’a encore été prise», Josep Borrell a néanmoins été très clair : «Il semble que les autorités de transition discutent de la possibilité d’inviter le groupe Wagner à opérer dans le pays. Nous savons bien comment ce groupe se comporte dans différentes parties du monde, cela affecterait sérieusement la relation entre l’UE et le Mali». L’Union européenne active, notamment via la mission EUTM dans la formation des forces armées maliennes depuis 2013, rejoint ainsi la France et l’Allemagne pour faire pression sur les autorités maliennes. Paris et Berlin ont prévenu qu’un recours au groupe Wagner pour former les forces armées maliennes et assurer la protection des dirigeants remettrait en cause leur engagement militaire. De passage lundi dernier à Bamako, la ministre française de la Défense, Florence Parly, a confirmé la détermination de la France à poursuivre son engagement. Son homologue malien, le colonel Sadio Camara, qui a indiqué que la réduction de la présence militaire française au Mali «obligeait à tout envisager pour sécuriser le pays» a néanmoins confirmé «qu’aucun acte n’a été posé avec Wagner».

Ainsi, la Russie et la France se battent pour le Sahel. Mais qu’en pensent réellement les Sahéliens eux-mêmes? La situation sécuritaire ne cesse de se dégrader en dépit des moyens et du personnel déployés dans cette région devenue une zone de non-droit, où la mort et la désolation sont la rêgle. Les voisins du Mali notamment le Burkina Faso et le Niger restent indécis face à l’imminence de l’arrivée du groupe Wagner qui alimente la polémique. Le Niger a certes donné son avis, et rien de plus. Mais, ces voisins du Mali ne doivent pas rester cois car cette coexistence (Wagner-Takuba) non voulue s’avère explosive et porteuse de lourdes conséquences pour le Sahel.

 La rédaction

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR