Arrestation de Sonko, Dias et Gakou à Dakar : Dangereuses crispations  préélectorales au Sénégal

Arrestation de Sonko, Dias et Gakou à Dakar : Dangereuses crispations  préélectorales au Sénégal

Ce sont véritablement 3 poids lourds de l’opposition sénégalaise qui ont été arrêtés hier 10 novembre à Dakar : Barthélémy Dias, édile du quartier Mermoz sacré-cœur de la capitale, Ousmane Sonko, leader du Pastef et 3e à la dernière présidentielle et Malick Gakou du Grand parti.

Convoqué au Tribunal pour un procès en appel après sa condamnation en 2017 à 2 ans de prison, dont 6 mois fermes pour coups mortels, ayant entraîné la mort d’un homme, lors de l’attaque de sa mairie, Dias avait promis d’aller ce 9 novembre devant les juges, pour «envahir le tribunal».

Hier, l’ayant rejoint Ousmane Sonko et Malick Gakou, tous entourés des militants de la coalition yewwi Askan wi, qui les acclamaient et scandaient des slogans à la Brigade d’intervention polyvalente (BIP). Coup de pub politique ? Non répond Barthélémy Dias, qui assure que s’il a décidé d’y aller, ce n’est point la proximité des élections locales du 23 janvier 2022, mais parce qu’il ne veut plus de renvoi et même s’il était condamné, il irait jusqu’à la Cassation.

Pourtant, personne n’est dupe au Sénégal, à l’orée de ce scrutin de janvier, qui dessinera la carte électorale du Sénégal, pour la grande bataille de 2023, Pouvoir comme Opposition se toisent, aiguisent leurs armes, car chaque coterie sait que ce 23 janvier campera les différentes forces qui vont descendre dans l’arène présidentielle dans 2 ans.

D’abord Dakar, convoitée par tous les partis, le PS rêve d’une revanche après la mise à l’écart, via la justice de Khalifa Sall, ex-bourgmestre. Barthélémy Dias n’a de pygmalion politique que Khalifa Sall, et Ousmane Sonko rêve d’étrenner la mairie de Ziguinchor, citadelle imprenable, depuis Robert Sagna jusqu’Abdoulaye Baldé.

En dépit de cette brève interpellation au QG de la police Abdou Diassé, et leur libération hier dans la soirée, il y a eu quelques échauffourées, de moindre ampleur par rapport à celles de mars dernier. Mais si on ajoute les incidents de Casamance entre Sonko et la police, il y a 3 semaines, c’est véritablement des crispations préélectorales qui se déroulent au Sénégal.

Dangereuses, elles le sont, car les têtes de proue de l’opposition actuelle, sont prêtes à aller loin, contrairement à ceux de jadis, qui se réservaient une ligne rouge. L’époque Senghor-Dia, Wade-Seck-Sall semble révolue. Rien qu’avec ce trio Dias-Sonko-Gakou, Macky Sall sait qu’il a en face des gens déterminés, et prêts à tout.

Le 23 janvier s’annonce donc risqué, car on a l’impression que Benoo Bok Yakaar le conglomérat présidentiel, veut balayer le terrain pour engranger la majorité à ces locales, boulevard vers la présidence avec Macky Sall ou non. Macky Sall veut-il étêter l’opposition ? Mais dans un pays comme le Sénégal, on espère que l’esprit républicain prévaudra, et que la démocratie sera la seule vainqueure.

La REDACTION

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR