Bisbilles mémorielles France-Algérie : Macron brandit le drapeau blanc mais prévient …

Bisbilles mémorielles France-Algérie : Macron brandit le drapeau blanc mais prévient …

Moins d‘une semaine après l’escalade verbale ou plutôt ce qui est considéré comme un écart langagier de Macron sur l’Algérie post-1962 qui était une sorte de proto-Etat, selon Macron avant que la colonisation ne vienne, et sa salve sur un «pouvoir politico-militaire algérien fatigué», 5 jours après cette sortie devant de jeunes Algériens relayée par Le Monde avec auparavant la réduction serrée des visas, le président français sonne à présent le carillon de l’armistice, de l’accalmie des ardeurs sur France Inter.

«Dans la vie, il y a toujours des désaccords, mon souhait, c’est qu’il y ait un apaisement parce que je pense que c’est mieux de se parler, d’avancer … il faut reconnaître toutes ces mémoires et leur permettre de cohabiter … mais il y aura toujours des désaccords, l’essentiel est de se parler».

Gage de cette désescalade, ses relations avec le président Tebboune qui «sont vraiment cordiales et j’ai le plus grand respect pour le peuple algérien». Moins de fat et de colère du côté du locataire de l’Elysée qui souhaite rasséréner ses rapports avec un pays avec lequel les atomes se décrochent régulièrement.

En fait, le chef de l’Etat français s’est rendu compte qu’il est allé peut-être un peu loin, en évoquant des histoires enfouies au tréfonds des Algériens, mais qui constituent l’âme de ce pays quoi qu’on dise. La guerre de l’indépendance, les affrontements entre FLN et Harkis, la position du général De Gaulle sur l’Algérie, l’attente des Algériens de «quelque chose», malgré le rapport Stora qui est venu dérider la situation, tous ces aspects sont des sujets inflammables qui rendent les Algériens à fleur de tension.

Poussé aussi sans doute, par ce trop-plein de la France déclinés par les Algériens selon le président farnçais, comme éternel bouc-émissaire, l’ire jupitérienne avait explosé et était compréhensible, c’en est suivi des escarmouches verbales, de rappel de l’ambassadeur d’Algérie à Paris et de l’interdiction du survol de territoire de ce pays par les avions militaires français. Jupiter arbore donc depuis hier 5 octobre le drapeau blanc à l’égard de l’Algérie, comme pour dire qu’entre la langue et les dents, il peut arriver que les seconds mordent la première, mais elles restent ensembles. Mais attention, on sent toujours de l’intransigeance macroniste, si les intérêts ou l’honneur de la France sont touchés, il se lâchera encore, c’est son devoir.

La France et l’Algérie auront inéluctablement d’autres divergences prévient donc Macron, et en tant que président de la République, il se fera la nécessité de dire ce qui doit être aux Algériens. Il met balle à terre, mais cette posture ne signifie nullement qu’il abdique, et qu’il se taira désormais dès lors qu’il doit parler «au nom de la jeunesse». Cent fois, il récidivera si cela s’avère nécessaire, les «désaccords faisant partie de la vie».

Message reçu 5/5 en Algérie ? Sûrement et on attend de voir le comportement des uns et des autres.

Mais c’est certain aussi que côté français, face à la bronca du pouvoir, de simples citoyens et des médias algériens, et face au dossier malien, et en plein quasi-début du Nouveau sommet Afrique-France (8-9 octobre) à Montpellier, il était de bon aloi que Macron endosse le costume du demandeur de paix. Trop de fronts bouillants risquent de parasiter ce qu’il veut passer comme message dans ce format new look des rencontres Afrique-France. Sans pourtant se culpabiliser, il met en avant les intérêts supérieurs de la France et de l’Algérie pour demander de jouer l’apaisement. Mais peut-être qu’à l’avenir aussi, il  faudra au philosophe et banquier qu’il est, il lui faudra, savoir tourner les mots malgré une poitrine gonflée de colère présidentielle, pour faire des rodomontades à un peuple, et à ses dirigeants. Même un président fâché ne devrait peut-être pas dire certaines choses !

La REDACTION

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR