Brigade nationale de sapeurs-pompiers : Bientôt des «motos pan! pi !» dans les artères de  Ouagadougou

Brigade nationale de sapeurs-pompiers : Bientôt des «motos pan! pi !» dans les artères de  Ouagadougou

Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo, a procédé hier lundi 25 novembre 2019 à Ouagadougou, au lancement du  concept «un binôme des premiers secours à moto» de la Brigade nationale de sapeurs-pompiers (BNSP). Ce concept vise entre autres à réduire le délai d’intervention dans la prise en charge des victimes en particulier, les victimes d’accident. Dans la même veine, le ministre a précisé que ces motos ne remplacent pas le véhicule ambulance, mais le complète. «Je loue vraiment la capacité d’anticipation et de réforme de la BNSP qui, à chaque fois, s’adapte aux situations», a-t-il souligné.

Réduire le temps d’intervention des sapeurs pompiers, répondre promptement aux cris de détresse des usagers, sauver des vies en intervenant rapidement sur les lieux des accidents et des incendies sont entre autres le but de ce concept. Pour le colonel Ernest Kisbédo, commandant de la BNSP, la Brigade nationale de sapeurs pompiers est un service public de secours qui s’efforce chaque jour de trouver des solutions adaptées à son environnement de travail quotidien au service des populations.

A l’entendre, la densité des populations dans les villes, de l’insuffisance de véhicules d’intervention, du nombre insuffisant des centres de secours dans les grandes villes comme Ouagadougou, les longues distances à parcourir par les véhicules de secours et le temps d’attente relativement long des victimes avant de recevoir un secours sont entre autres les grandes motivations qui ont conduit à la création du concept :  «un binôme des premiers secours à moto». Il fait savoir que le binôme des premiers secours à moto vise non seulement à réduire le délai d’intervention dans la prise en charge des victimes en particulier, les victimes d’accident, mais aussi, permettre une prompte réaction sur les lieux d’accidents et les incendies, en attendant l’arrivée des moyens de transport.

«Dans le domaine du secours, quelques secondes sont très précieuses et permettent de ramener une victime qui sombrait à la vie», ajoute le colonel Kisbédo. En d’autres termes, le binôme  des premiers secours à moto est un moyen opérationnel léger, destiné à intervenir dans un délai très bref en cas d’incendie et d’accidents de circulation. Des dires du colonel Kisbédo, les éléments du concept vont se positionner au niveau des carrefours, aux abords des axes routiers. «Ils peuvent réaliser des missions principales comme les secours à personne, l’assistance à personne, l’extinction des feux naissants et une mission secondaire qui consiste à ouvrir les voies aux autres véhicules de secours», informe le commandant de la BNSP. Dans ses explications, il a aussi indiqué que la phase d’essai a commencé dans le 4e trimestre de 2017 et au 11-Décembre 2017 à Gaoua, deux motos ont défilé devant les engins de la BNSP. «Depuis lors, beaucoup de choses se sont passées.

Les motards ont été formés à la conduite des motos par les motards expérimentés de la gendarmerie nationale. Ils ont parcouru de longues distances, plus de 1 000 km pour leur aguerrissement sans oublier les séances d’instructions théorique et pratique quotidiennes», a souligné le commandant de la BNSP.

Le ministre Siméon Sawadogo n’a pas été long. Il a juste souhaité la réussite de ce concept et a lancé un appel aux opérateurs économiques, aux sociétés privées d’Etat et à toutes les bonnes volontés à aider la BNSP pour l’acquisition d’autres motos. Il faut noter que la mise en place de ce concept a été effective grâce au don de quatre motos fait par la Principauté de Monaco.

Omar SALIA

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR