Burkina Faso : Brève réadmission du général  Bassolé à l’hôpital de Tengandogo

Burkina Faso : Brève réadmission du général  Bassolé à l’hôpital de Tengandogo

La nouvelle n’a pas surpris grand monde au sein de l’opinion et pour ceux qui s’y connaissent, il s’agit d’une situation prévisible. Selon plusieurs sources, le général Djibrill Bassolé a été admis dans la matinée d’hier mercredi 9 octobre 2019 à l’hôpital de Tengandogo. Les mêmes sources précisent que l’ancien ministre des Affaires étrangères après admission, aurait regagné sa cellule à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA) où il est incarcéré depuis septembre 2015.

Selon nos confrères de Lefaso.net qui cite un proche du général Bassolé, «il est aussitôt ressorti de l’hôpital pour être reconduit à la MACA (Maison d’arrêt et de correction des armées) ; les médecins ayant indiqué que sa situation dépasse leurs compétences. Actuellement, son sort se trouve entre les mains du président Roch Kaboré, seul habilité à l’autoriser à aller se faire soigner à l’extérieur», a commenté cette source.

Notons que l’état de santé et l’éventualité d’une évacuation à l’étranger de l’ancien chef de la diplomatie burkinabè suscite beaucoup de passions au sein de l’opinion nationale. Le 10 septembre dernier, une de ses filles  (Yasmine) avait lancé un cri du cœur à l’endroit des autorités en implorant leur humanisme afin que son paternel puisse obtenir le précieux sésame à même de lui  donner une chance de ne pas succomber sans soins appropriés en lui accordant la permission d’aller se faire soigner.

«Djibrill Bassolé est au plus mal. La santé de mon père décline à vue d’œil depuis son transfert de la résidence surveillée à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA) et nous, sa famille, tirons la sonnette d’alarme et rappelons aux plus hautes autorités de notre pays sur l’urgence de son cas.

Nous les remercions pour la démarche humanitaire qui avait déjà conduit à autoriser sa première évacuation sanitaire, mais déplorons que les soins aient été prématurément interrompus. A présent, il est de la plus grande urgence de donner une chance à mon père de ne pas succomber sans soins appropriés aux pathologies qui l’affectent», c’était en substance les propos de Yasmine A. Bassolé, fille du général Djibrill Bassolé.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR