Burkina Faso : huit militaires interpellés suite à une tentative de coup d’Etat

 Burkina Faso : huit militaires interpellés suite à une tentative de coup d’Etat

 

La nouvelle a surpris plus d’un et les interrogations se bousculent dans les esprits. Une tentative de coup d’Etat a été enregistrée au Burkina Faso. Selon Jeune Afrique qui donne l’information, plusieurs militaires dont le lieutenant –colonel Emmanuel Zoungrana, chef de corps du 12e Régiment d’infanterie commando  (12e RIC)  ont été interpellés le 10 janvier 2022. Ils sont soupçonnés d’avoir fomenté un coup de force visant à renverser le régime Kaboré. L’information a été confirmée hier mardi 11 janvier 2022 par des sources sécuritaires au lendemain d’une nouvelle coupure de l’Internet mobile à travers tout le territoire national.

Pour l’heure, on ignore les détails sur cette tentative qui intervient dans un contexte marqué par des assauts meurtriers et embuscades répétées des groupes armés terroristes contre les positions et les convois militaires et des Volontaires pour la défense de la patrie. Au cours du dernier trimestre de l’année 2021, plusieurs attaques, dont celle d’Inata  (57 morts) avaient créé l’indignation et la colère au sein de l’opinion. Plusieurs appels à la démission du président Roch Kaboré avaient été lancés lors de manifestations spontanées à travers le pays.

Suite à ce  drame qui avait ému tout le pays, le président avait entrepris des réaménagements au sein de l’Armée. Le lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana,  parallèlement commandant du secteur Ouest du Groupement des Forces de sécurisation du Nord avait été remplacé par le Commandant Flavien Kaboré.

Dans un communiqué rendu public en fin de soirée d’hier mardi 11 janvier 2022, le parquet militaire a annoncé l’arrestation et l’audition de huit militaires accusés d’être à l’origine d’un projet de déstabilisation des institutions de la république (Lire page 9).

«Le 8 janvier 2022, le parquet militaire de Ouagadougou était saisi par dénonciation d’un membre de la bande, d’une allégation de projet de déstabilisation des institutions de la République que projetait un groupe de militaires», explique le communiqué.

«Nanti de cette information, nous avions instruit la police judiciaire militaire d’ouvrir une enquête circonstanciée pour élucider cette affaire. Huit militaires ont déjà̀ été interpellés et interrogés pour les besoins de la cause», indique le  parquet militaire avant d’assurer qu’à l’issue de cette étape, une suite sera donnée à cette procédure conformément aux règles de procédure dans le strict respect de la présomption d’innocence et du droit de la défense.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR