Burkina Faso : l’épouse du Dr Eliott écrit à ses ravisseurs

Burkina Faso : l’épouse du Dr Eliott écrit à ses ravisseurs

Le ton est émouvant et le message touchant. Dans un message enregistré en langue Fulfuldé l’épouse du Dr Eliott enlevé en janvier 2016, s’adresse de nouveau à ses ravisseurs et souhaite que ce message touche leur cœur afin qu’ils se décident à libérer son époux.

«À ceux qui détiennent mon mari, le docteur Kenneth Elliott, Que la paix soit avec vous et vos familles. Je réalise depuis quelques temps déjà que vous contrôlez l’avenir de mon mari et nos dernières années ensemble. Vous avez le pouvoir de faire preuve de gentillesse et de libérer mon mari; de faire du bien pour vous maintenant, votre famille et pour ma famille également. Je tiens à vous remercier tous, pour les soins que vous apportez à mon mari pendant son séjour avec vous, la même considération constante que celle que nous avons reçue tous les deux lorsque nous étions ensemble avec vous.

Au cours des trois dernières années, vous aurez expérimenté sa volonté d’aider et le fait qu’il n’a qu’un cœur pour le bien. Vous saurez, sans doute, qu’avec l’aide de Dieu, il a mené des opérations de sauvetage pour de nombreuses personnes qui sont venues à lui et à notre hôpital pendant toutes ces années. Vous en connaissez peut-être même certains. Vous empêchez cette aide aux autres maintenant, à leur grand chagrin, mais je suis sûr qu’il a pu vous aider pendant ce temps avec vous s’il en était capable et que le besoin s’en faisait sentir.

Les circonstances de vos actions ont provoqué la rencontre des chemins de nos vies. Mon mari Kenneth et moi-même, vivant et travaillant à l’hôpital dans des conditions parfois difficiles, avons pu partager et rejoindre les communautés que nous servions en temps de famine, d’épidémies de maladies et d’autres problèmes, en apportant une aide dans la mesure de nos moyens. Dans la mesure du possible, nous avons donné à ceux qui étaient dans le besoin et à ceux qui ont franchi les portes de l’hôpital. Un hôpital construit pour tous alors que nous élevions notre famille dans votre arrière-cour.

Nous avons cherché à donner de l’espoir et à sauver des vies grâce à l’expertise médicale que mon mari Kenneth avait apportée. Mon mari Kenneth, maintenant un vieil homme, est dans votre tente. Vous avez maintenant sous vos soins un homme qui cherche à aider les autres autour de lui. Le monde sait tout le bien qu’il a fait avant de venir chez vous et je ne peux que supposer que le bien qu’il a fait pendant son séjour avec vous continue encore. Alors maintenant, il est dans votre tente, sous vos soins. Les circonstances l’ont amené à vous.

Je sais que lorsque le moment sera propice, vous le déchargerez. En attendant, on vous fait confiance pour fournir les mêmes soins qu’il rendait à tous ceux dont il était responsable. Des soins qui donnaient de l’espoir aux patients.

S’il vous plaît, gardez-le à l’aise. J’attends avec impatience le moment où je reverrai ce cher homme, mon mari, en bonne santé. Je vous laisse le soin de prendre vos responsabilités et de démontrer que vous pouvez faire du bien à ce vieil homme fragile. Le libérer, comme vous me l’avez fait, aurait des effets favorables sur vous et serait connu dans le monde entier.

Enfin, lorsque vous avez un invité, il est approprié de recevoir des lettres de sa famille. Par conséquent, moi, les fils de Kenneth, David et Stephen, notre fille Judith et les petits-enfants, nous lui écrirons. Je demande par courtoisie que vous le lui transmettiez.

Encore une gentillesse de plus, je vous prie de laisser à mon mari les moyens de communiquer en retour avec sa famille. Pour aider sa douleur intérieure même s’il est extérieurement fort, comme je le sais pour son épouse depuis plus de 50 ans, il va essayer de le faire!

En tant que citoyen qui vit parmi vous depuis 44 ans, je prie, non seulement pour mon mari, mais pour vous aussi, que vous et vos êtres chers puissiez encore vivre en paix dans votre pays. Jusqu’à notre journée de joie».

Que la paix soit avec vous.

Djibo Free Dr Elliott

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR