Caisse de dépôt et de consignation : La France veut reproduire son modèle au Burkina

Caisse de dépôt et de consignation : La France veut reproduire son modèle au Burkina

Un tour d’horizon des sujets concernant notre pays et surtout, ceux qui vont permettre de booster sa croissance, c’est ce qu’a fait l’ambassadeur de France, Xavier Lapeyre de Cabanes, au cours de l’audience que lui a accordée le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, ce mardi 9 janvier 2018. Des dires du diplomate, la Caisse de dépôt et de consignation qui existe en France depuis 200 ans, sera bientôt une réalité au Burkina, pour soutenir notre économie.

Plus d’une heure durant, c’est le temps qu’a duré l’audience que le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a accordée à l’ambassadeur de France, Xavier Lapeyre de Cabanes. A sa sortie d’audience, le diplomate a confié aux hommes des médias le contenu des discussions qu’il a eues avec le chef du gouvernement. «J’ai souhaité rencontrer le Premier ministre, parce que nous sommes en début d’année et que je l’avais pas vu depuis longtemps, notamment  depuis la visite du président de la République française à Ouagadougou», a expliqué Xavier Lapeyre de Cabanes. Des dires de celui-ci, cette entrevue a permis de passer en revue un certain nombre de dossiers avec Paul Kaba Thiéba, des dossiers bilatéraux bien entendu, mais aussi de discuter un peu de la situation économique du Burkina Faso. A propos de la situation économique, l’ambassadeur a affirmé que la croissance n’est pas mauvaise, qu’elle progresse, et qu’avec la mise en œuvre du PNDES, les perspectives de croissance du Burkina devraient être améliorées. «L’un des problèmes qui bloquent la croissance, c’est le problème de la sécurité sur lequel Français et Burkinabè travaillent, ensemble», foi de Xavier Lapeyre de Cabanes. Pour le reste, il a assuré que la France est un des partenaires  principaux du Burkina et qu’elle compte bien le rester pour l’aider à développer son économie.

Deux autres sujets ont été abordés, au cours de l’audience. Il s’agit de :

la Caisse de dépôt et de consignation qui est une création toute récente dans la loi et qui le sera bientôt dans les faits.  A en croire le diplomate français, la caisse sera un instrument de financement de l’économie du Burkina qui devrait lui permettre d’accélérer le financement d’infrastructures et de développer plus rapidement l’économie. Il a souligné que l’apport de la France à la caisse de dépôt est d’ordre technique ou d’expertise, car en France, «nous avons une caisse de dépôt depuis un peu plus de 200 ans et qui fonctionne pas mal et qui a beaucoup aidé à soutenir notre économie, notamment dans la construction de tout ce qui est logements sociaux et dans la prise de participation des entreprises françaises». L’ambassadeur a laissé entendre que l’idée est donc de reproduire ce modèle qui a bien fonctionné en France.

un plus grand rapprochement entre les écoles françaises du même ordre et l’Institut international de l’eau et de l’énergie (2iE) qui est une institution d’enseignement supérieure, qui selon l’ambassadeur, fonctionne très bien.

Aline Ariane BAMOUNI

Vincent SAWADOGO (Stagiaire)

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0