Campagne électorale à Dédougou : «Nous sommes partis par la rue, mais on reviendra par les urnes»

Campagne électorale à Dédougou : «Nous sommes partis par la rue, mais on reviendra par les urnes»

En lice avec 12 autres candidats pour l’élection présidentielle du 22 novembre 2020, Eddie Komboïgo était hier mardi 10 novembre en meeting à Dédougou. Face aux militants et sympathisants du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) du Mouhoun, Eddie Komboïgo a dévoilé son projet de société.

 

A l’entame de son speech, Eddie Komboïgo n’a pas caché sa colère contre un média qui, pour lui, ne relaye pas les questions sécuritaires de son programme. Pour étayer son propos, il affirme avoir échangé avec le DG de l’organe en question dont le mentor est un ministre du gouvernement actuel. Puis d’inviter les journalistes de façon générale, à être plus professionnels.

Des remontrances qui n’ont pas été du goût des journalistes. Pour ces derniers, le candidat du CDP à l’élection présidentielle manque d’arguments et se trompe d’adversaire.  Ces piques n’ont pas empêché les scribouillards de faire leur boulot avec professionnalisme. Face à ses militants du Mouhoun, le président du CDP a laissé entendre qu’il était venu dans cette province pour pleurer avec les populations et les Forces de défense et de sécurité (FDS) qui souffrent de la mal gouvernance du pouvoir en place. Pour illustrer son propos, Eddie Komboïgo indique que la casquette au couleur de la tenue militaire, n’est autre qu’un soutien aux FDS.

«Roch vous a abandonné, moi je viens vous relever. Nous sommes partis par la rue, mais on reviendra par les urnes», a-t-il déclaré avant de s’offusquer de constater l’exclusion des populations de plus d’un millier de villages du Burkina Faso des élections du 22 novembre prochain. Nonobstant, il promet réhabiliter les bâtiments des commissariats de police et doter les militaires de matériels conséquents. Dans la même dynamique, l’expert-comptable, candidat à la présidentielle projette la réalisation de lycées techniques et scientifiques dans la Boucle du Mouhoun et soutenir les femmes avec des moyens conséquents pour mener des activités génératrices de revenus, une fois à Kosyam. Concernant Blaise Compaoré, Eddie Komboïgo promet de le faire venir au Burkina Faso. «Si je suis élu au soir du 22 novembre, Blaise Compaoré sera ramené au Burkina Faso. Il sera déposé à la frontière et escorté jusqu’à Ziniaré».

 Les militants du CDP Mouhoun ont promis à leur président, leur adhésion à son programme de société. «Le programme de notre candidat est le mieux élaboré et nous inspire à le voter comme locataire de Kosyam», a confié le représentant des jeunes. Il a également laissé entendre que la jeunesse prendra d’assaut les villages et les hameaux pour faire passer le message.

Serge COULIBALY

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR