Campagnes africaines de football : Le RCK et l’EFO gardent leurs chances intactes

Campagnes africaines de football : Le RCK et l’EFO gardent leurs chances intactes

Samedi dernier, les deux clubs burkinabè en campagne africaine ont effectué leur première sortie comptant pour les préliminaires. En Ligue des champions, le RCK a battu le CF Mounana par 1 but à 0, tandis qu’en Coupe de la Confédération, l’EFO est allée arracher le nul de 0 à 0, à Bujumbura.

Les premiers pas des deux représentants burkinabè en campagne africaine étaient attendus avec une certaine appréhension, eu égard à leur production d’ensemble, depuis le début du championnat domestique, mais surtout, à leur dernier match de championnat. Opposés respectivement à l’ASFB et à Bobo Sport, le RCK a subi une défaite de 2 à 0, alors que l’EFO concédé le nul de 0 à 0.

Au stade du 4-Août où les Faucons recevaient l’équipe championne du Gabon, le CF Mounana FC, sous le regard du nouveau ministre des sports et des loisirs, Daouda Azoupiou et du président de la fédération, le colonel Sita Sangaré, un petit public avait fait le déplacement, à l’occasion de cette première sortie préliminaire de la Ligue  des champions. Le moins que l’on puisse dire est que le Rail club du Kadiogo n’a pas élevé le niveau du jeu. A-t-il de grandes ambitions dans cette compétition ? Difficile de répondre par l’affirmative, quand on sait que le club s’est délesté de pieds agiles. Cela lui a peut-être valu un crédit sur son compte en banque, mais certainement, quelques bons soucis au staff technique. En tous les cas, il est toujours difficile dans nos contrées, de retenir un joueur qui a de meilleures propositions.

Motivés par le maigre public, les Faucons sont plutôt bien entrés dans le match. Dès la 5e mn déjà, une longue balle trouve Abem Ouedan entre deux défenseurs. Gêné, il manque sa reprise. Malheureusement, cette action restera la référence en matière d’occasions mal négociées, durant toute la partie. Quand ce n’est pas Mohamed Ky qui se complique la tâche, alors qu’il peut jouer simple, c’est Elisée To qui perd ses repères sur la pelouse, dans un football en-deçà de son niveau habituel. C’est dans un tel déroulé qu’interviendra à la 22e minute, le ouf de soulagement, sous la forme d’un penalty. Hermann Sawadogo le transforme avec maestria. 1 but à 0.

Comme s’il ne s’agissait que d’une anecdote, ce but n’a guère transcendé les Faucons qui gâchent les possibilités de creuser l’écart. Bien au contraire, ce sont les visiteurs qui vont par moments, donner des sueurs froides aux locataires des gradins du 4-Août. Plus qu’une menace adverse, c’est plutôt la défense du RCK qui s’est montrée flottante, offrant de nettes occasions de but, notamment à Abdou Atchambao ou à Allen Nono Dorian qui, fort heureusement, n’offriront rien d’enviable.

A une unité de retard, le CF Mounana peut se réjouir. En ne concédant qu’une courte défaite, le champion en titre du football gabonais n’a érodé que très faiblement ses chances, même si pour le coach Kévin Ibinga, «le score de 1 à 0, ne présage pas pour son équipe, un avantage au retour. J’aurai préféré qu’on nous batte par 2 buts à 1, que par 1 à 0», laissera-t-il entendre, après la rencontre. Quoi qu’il en soit, «le RCK avec sa quinzaine de matchs en jambe», reste pour le coach gabonais, le favori par rapport au CF Mounana qui n’en compte que 3.

En attendant, ce match aller laisse sur la langue des supporters des Faucons, un arrière-goût amer. Leur équipe avait largement la possibilité de se mettre à l’abri et d’envisager un voyage retour serein. Même sur le contre amorcé à la 86e minute, ni John Jérémiah ni Adama Koné, encore moins Amani Sylla (décevant remplaçant de Samuel Amoto, sorti sur blessure) n’ont eu l’impact nécessaire pour prendre à défaut la défense adverse. Dommage. Ils n’ont certes, pas compromis leurs chances, mais les Faucons devront sortir les tripes à Libreville, pour bouter hors compétition cette formation de Mounana qui, soit dit en passant, a épinglé l’ASEC d’Abidjan sur son tableau de chasse, l’année dernière.

En déplacement à Bujumbura, l’EFO est allée contraindre l’Olympic Star à un nul vierge de 0 but partout, le samedi 10 février. Au regard des conditions de voyage (partie le jeudi, elle serait arrivée le vendredi vers 13 heures, après une nuit à Addis-Abeba) de la reine des stades, on peut dire que le coach Boureima Kaboré et ses garçons ont réussi un exploit. Reste à le confirmer dans quelques jours à Ouagadougou. Malheureusement, quand on sait que le problème du football burkinabè demeure la finition devant les buts, il convient de ne pas se réjouir trop tôt. Néanmoins, les chances des deux représentants burkinabè sont toujours intactes. C’est déjà cela de gagné ! 

Hamed JUNIOR

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0