Capture d’Ould Albakaye au Mali : un énième cadeau d’Au revoir de Barkhane

Capture d’Ould Albakaye au Mali : un énième cadeau d’Au revoir de Barkhane

Nouvelle grosse prise de la Force Barkhane dans les rangs de l’Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS). Selon l’annonce faite par l’état –major français, il s’agit de la capture  d’Oumeya Ould Albakaye, haut responsable de l’État islamique au Grand Sahara à la frontière Malo-Nigérienne dans la nuit du 11 au 12 juin 2022.

L’arrestation de ce chef terroriste, un temps pressenti pour succéder au défunt émir Adnan Abou Walid Al-Sahraoui, vient allonger la liste des «chefs djihadistes», capturés ou neutralisés par la force française dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Ce n’est donc un fait nouveau et cette prise effectuée dans la Zone des Trois frontières, est le signe que l’EIGS y a solidement installé ses quartiers. C’est donc dans  cette partie du Sahel que cette nébuleuse monte et organise ses incursions meurtrières contre populations civiles et les Force de défense et de sécurité (FDS) du Mali, du Burkina Faso et du Niger. La capture d’Oumeya Ould Albakaye, intervient au moment où la Force Barkhane fait son paquetage et quitte ses bastions installés sur le territoire malien pour se réarticuler ailleurs dans ce Sahel, plus que jamais sous emprise terroriste. Ce retrait, vient du reste d’entrer dans sa dernière phase avec la remise des clés de la base de Ménaka aux Forces armées maliennes (FAMa) par l’état-major français.

Si l’on s’en tient à la description faite par l’armée française  (Albakaye était chef de l’EIGS pour le Gourma, au Mali, et pour l’Oudalan, au Nord du Burkina Faso),  celui qui vient d’être pris dans la nasse de l’armée française, constitue une des plus grosses prises de la lutte contre le terrorisme au Sahel. Cela pourrait constituer un des derniers cadeaux d’Au revoir de la Force Barkhane en pleine réarticulation au Sahel depuis la grosse brouille avec les nouvelles autorités de Bamako ayant entrainé son départ précipité.

La rédaction

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR