Carême musulman :  «Le malade qui jeûne désobéit à Allah et il n’aime pas ça» Amir Mahmood Nasir Saqib

Carême musulman : «Le malade qui jeûne désobéit à Allah et il n’aime pas ça» Amir Mahmood Nasir Saqib

Amir, expliquez-nous ce que renferme la notion de carême chez les musulmans ?

Le carême existe dans chaque religion. Il y a des religions où durant le carême on ne doit pas manger de viande,  ou encore on ne mange pas ce qui est préparé avec le feu, etc. Selon le prophète Mohamed, Paix et salut sur son nom durant le carême, le musulman doit manger tôt le matin et s’abstenir de manger et de boire toute la journée. Le soir après le Maghreb, le jeûne est rompu. Dans le hadith, le saint prophète a dit que «toutes les œuvres sont pour l’homme, mais le carême c’est pour moi». Par conséquent, quand quelqu’un passe une journée de faim et de soif, c’est pour Allah. Le prophète a dit que les bénédictions du carême, c’est Allah lui-même. Des dires du saint prophète, chaque œuvre ouvre une porte mais le carême ouvre toutes les portes sur Allah. Le mois du carême, est arrivé et il est le mois des bénédictions, car les démons sont achaînés, les portes du paradis sont ouvertes.

A vous écouter comme à écouter beaucoup de musulmans, on pense que l’élément fondamental du carême musulman, c’est le jeûne. Est-ce le cas ?

Pendant ce mois de Ramadan, les musulmans passent la journée sans manger ni boire. Mais une question se pose : est-ce qu’Allah a besoin que les individus se privent de nourriture et d’eau ? Certes, c’est un sacrifice. Dans l’esprit du carême, quand quelqu’un se prive d’eau et de nourriture, il doit aussi s’abstenir des mauvaises choses. Il ne doit pas se bagarrer avec quelqu’un, il ne doit pas injurier, bref, il doit être pur. La philosophie du carême, ce n’est pas que la privation, l’homme doit changer sa vie, à savoir se débarrasser de tout ce qui déplaît à Allah.

A partir de quel âge, un musulman doit-il jeûner ? Autrement dit, est-ce que les enfants doivent jeûner ?

Il n’y a pas d’âge fixe pour commencer à jeûner. Les enfants ont besoin de s’alimenter pour une bonne croissance. Si jeûner va perturber la santé de l’enfant qui a besoin de s’alimenter, l’islam ne le permet pas. Mais, ils peuvent jeûner quelques fois, mais pas tout le mois. A près 18 ans et s’il est en bonne santé, le musulman doit observer le carême. Il faut comprendre que pour les élèves et les étudiants, si le carême joue sur leur santé, ils sont excusés. Quand on est majeur et on a aucun empêchement, le carême est obligatoire.

Il y a des personnes qui, pour une raison ou une autre, sont dans des situations qui les empêchent de jeûner. Qu’est-ce qui est prévu pour ces personnes ?

Allah a donné la permission à ceux qui sont malades ou qui sont en voyage de ne pas jeûner. On ne fait pas plaisir à Allah en lui montrant que nous sommes physiquement forts, on lui fait plaisir en lui  étant obéissant. Si un malade jeûne, c’est qu’il veut montrer à Allah qu’il a la force, pourtant Allah lui a interdit de jeûner. Allah n’aime pas cela et il n’a pas besoin de cela. Il en est de même des voyageurs. Pour ceux qui ont des empêchements temporaires, ils pourront rattraper les jours sautés. Ceux qui ont des maladies chroniques qui ne permettent pas de jeûner doivent payer le Fidiya qui représente la valeur de la consommation journalière de la personne. Par exemple, si par jour une personne dépense 1 000 F pour s’alimenter, il doit payer le Fidiya à 1 000 F. Mais attention, si quelqu’un est en bonne santé et parce qu’il ne veut pas jeûner paye le Fidiya, cela n’a aucune valeur. Le Fidiya n’est pas une compensation, mais c’est une prière que le fidèle fait à Allah pour demander la santé, afin d’accomplir le jeûne.

Dans la religion islamique, des actes involontaires peuvent-ils annuler le carême d’un fidèle ?

Il y a des actes qui peuvent annuler le carême. Si un individu mange par mégarde ou boit par mégarde, son carême n’est pas annulé. Mais s’il le fait de manière intentionnelle, il a rompu son jeûne et c’est un péché. Si au cours de la journée, le jeûneur se met à vomir, là il doit interrompre son carême, il est certainement malade. On entend dire souvent que le fait de se parfumer ou de se maquiller annule le jeûne. Utiliser le parfum, c’est hallal, ce n’est pas haram.

A l’orée de ce mois de Ramadan, quel conseil avez-vous à l’endroit des fidèles musulmans ?

Tout d’abord, le mois de carême est un mois de sacrifices. Dans le hadith, on dit que le saint prophète faisait beaucoup de sacrifices dans sa vie. Par ailleurs, le saint prophète a dit que chaque musulman doit payer le Sadaqatul fitr (un don qui est récolté afin d’aider les pauvres à jeûner et à fêter le Ramadan) même pour le bébé d’un jour. Chez nous, à la Jama’at, le Sadaqatul fitr est fixé à 800 fcfa et à 400 F pour les démunis. Le carême est aussi une période pour connaître la douleur, la douleur de ceux qui n’ont pas de quoi manger ou de quoi boire. Cela permet à ceux qui ont les moyens de se rendre compte qu’il faut aider ceux qui ont faim ou qui sont chaque jour, à la recherche d’eau. Le Ramadan est aussi un mois de prière. On doit prier Allah, à travers les 5 prières, mais aussi on doit réciter le saint Coran . UNE

Propos recueillis par Aline Ariane BAMOUNI

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0