CILSS : Roch en assume désormais la présidence

CILSS : Roch en assume désormais la présidence

De retour de son voyage du Niger où il a pris part aux sommets du G5-Sahel et du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a tenu son traditionnel point de presse, à l’aéroport international de Ouagadougou. C’était le mercredi 7 février 2018 et il en ressort qu’il présidera désormais le CILSS, en remplacement d’Ibrahim Boubacar Keïta, Président du Mali.

Ayant atterri à Niamey au Niger, le mardi 6 février 2018, pour prendre part aux sommets du G5-Sahel et à celui du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), le président du Faso au terme de son voyage de travail, a tenu comme à l’accoutumée, de faire un bref bilan de son séjour à la presse. En effet, le 4e sommet des chefs d’Etat du G5-Sahel, qui s’est tenu le 6 février dernier, s’est fait en présence des dirigeants de l’institution sécuritaire sur le thème «Mutualisons nos efforts pour stabiliser et développer le Sahel». Selon le président du Faso, au menu de cette rencontre, il a été questions des acquis déjà engrangés dont entre autres, l’inauguration le 9 septembre 2017 au Mali du poste de commandement inter-armées tactique, l’élaboration du cadre conceptuel d’organisation et de fonctionnement de la composante police de la force G5-Sahel, le lancement de la première opération militaire pour la lutte contre les groupes terroristes, la criminalité transfrontalière, le trafic de drogue, d’armes et de migrants. «L’objectif est l’opérationnalisation pleine et entière de la force à l’horizon 2018», a souligné Roch Kaboré.

Ainsi, en termes d’avancées du G5-Sahel, on a la mise en place du bureau défense et sécurité, et la mise en place du secrétaire permanent de l’institution. Par ailleurs, cette rencontre est une balise de terrain, pour la conférence internationale qui se tiendra le 23 février 2018 à Bruxelles sur la sécurité et le développement au Sahel qui a pour but de mobiliser les ressources nécessaires pour une bonne marche du G5-Sahel.

L’ensemble des financements sera désormais géré par le secrétaire permanent, pour plus de clarté. Des instructions ont été également données aux différents ministres des finances des pays concernés, pour qu’il n’y ait pas de confusion entre le fonds destiné aux financements de la force et les fonds de l’alliance qui visent à soutenir des programmes qui sont dans les zones du Sahel. La force est désormais présidée par le Président du Niger, Mahamoudou Issoufou. En ce qui concerne la 18e Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement du CILSS, elle s’est ouverte le 7 février 2018, en présence de 6 chefs d’Etat de l’organisation, le Togo ayant été représenté par son Premier ministre.

Ayant pour objectif d’évaluer les progrès enregistrés et de donner des perspectives pour une nouvelle dynamique du CILSS, il a été recommandé une synergie d’action au niveau de l’organisation, pour permettre une véritable lutte contre la désertification et une insertion bénéfique des secteurs de l’agriculture et de l’élevage dans l’économie.

«Il a plu aux Etats de proposer au Burkina Faso de diriger désormais le CILSS, ce que j’ai accepté», a précisé le président du Faso, dorénavant président en exercice de l’organisation. Ayant d’abord fait l’objet d’un audit dans lequel des réformes ont été proposées par les ministres réunis à Nouakchott en Mauritanie, il y a de cela une année, il s’est agi au cours de ces assises de mettre en place ces réformes qui vont concerner aussi bien la gouvernance, les resserrements des objectifs du CILSS, les cotisations des membres.

En somme, il y a aussi eu des suggestions telles que l’accentuation de la collaboration de l’institution avec l’Autorité de développement du Liptako Gourma de manière à partager les expériences et à développer une synergie d’action.

Larissa KABORE

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0