Comité de suivi et d’évaluation du TAC : La 3e réunion s’est clôturée sur une note de satisfaction

Comité de suivi et d’évaluation du TAC : La 3e réunion s’est clôturée sur une note de satisfaction

Les rideaux sont tombés sur la 3e réunion du Comité conjoint de suivi et d’évaluation (CCSE) des décisions et recommandations du TAC sur une note de satisfaction. La cérémonie de clôture était placée sous la présidence des ministres des Affaires étrangères ivoiriennes, Marcel Amon-Tanoh et burkinabè Alpha Barry, de celui de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur Ally Coulibaly.

Douze (12) projets d’accord ont été examinés par les experts, dont dix (10) pourraient être soumis à la signature dans le cadre du TAC 8 prévu fin juillet 2019. Le financement complémentaire de certains tronçons de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou étant acquis, les ministres ont souligné la nécessité de poursuivre conjointement la recherche de financements. Pour la réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Kaya jusqu’à Tambao, ils ont souhaité l’entrée en vigueur de la convention de concession révisée et le lancement des travaux. Pour le renforcement des capacités énergétiques, la capacité prévue  de 70 A 90 MW n’a pu être fournie, en raison du fait que le renforcement des capacités du réseau ivoirien n’est pas encore achevé et des problèmes techniques existent toujours sur les lignes des deux réseaux. Pour la conclusion d’un accord commercial entre la SONABHY et la Société ivoirienne de raffinage (SIR), la SONABHY attend toujours la baisse complémentaire de la SIR, prévue dans l’accord. Pour la fluidité du trafic routier Abidjan-Ouagadougou, les ministres ont convenu de veiller à l’application des engagements pris, pour lutter contre les pratiques anormales.

Les ministres se sont réjouis de la signature d’arrêtés portant création, attribution, composition et fonctionnement du comité de suivi-évaluation du mémorandum d’entente en matière d’enseignement technique et de formation professionnelle. Pour la lutte contre la traite transfrontalière des enfants, la coopération a permis le retour au Burkina Faso de quatorze (14) enfants âgés de 14 à 18. 

S’agissant de la mise en place du fonds commun pour la jeunesse et celui dédié à la femme, des avancées sont obtenues pour son opérationnalisation et l’introduction des projets d’arrêté de désignation des membres du comité technique. Les deux ministres ont réaffirmé la volonté de leurs pays d’amorcer la mise en place de la monnaie unique de la CEDEAO à l’horizon 2020.

Daniel OUATTARA

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR