Constitution de la IVe République au Tchad : Bienvenue au royaume de Deby !

Constitution de la IVe République au Tchad : Bienvenue au royaume de Deby !

Idris Deby Itno entame sa 28e année à la tête du pays, et entend s’y maintenir, avec  6 autres années, ce qui fera, si Dieu lui prête longue vie, 34 ans au gouvernail.

En tout cas, le conseil ordinaire, d’hier, devenu par la force de l’ordre du jour extraordinaire, a examiné le draft du comité technique de rédaction du projet de la IVe République, un texte de 228 articles fruit du travail d’experts juridiques. Sans avoir fait sciences Po ou être, un analyste politique calé, une lecture rapide de cette nouvelle loi fondamentale, fait apparaître que tout le pouvoir part d’Idriss Deby et revient à lui. A la vérité, les Diaforus qui ont concocté cette constitution, l’ont taillé aux ambitions de l’homme fort de N’Djamena qui aura à concentrer toutes les prérogatives entre les mains. Devant le doux euphémisme de présidence intégrale, il s’agit ni plus ni moins qu’une monarchisation du Tchad qui ne dit pas son nom. Tenez pourquoi avoir biffé le poste du premier ministre ? Soit, convenons-en, en Afrique francophone, les premiers ministres sont souvent, des gens qui brassent des moulinets, coordonnant autant qu’ils peuvent les actions gouvernementales. Mais à la moindre montée du mercure social ou politique, ils sautent, car ils sont des fusibles faits pour sauter. Deby aura donc à nommer les ministres et les personnalités de toutes les grandes institutions, et désormais le sextennat, englobant le quinquennat des députés, Deby sera toujours président, lorsqu’il faudra organiser des législatives. Ce qui lui laisse une large manœuvre pour avoir une Assemblée nationale-caisse de résonnance. Chiche !, il y a tout de même la Cour suprême, le troisième pouvoir, mais que pourra, un président d’une telle Cour, s’il est nommé par Deby ?

Et pourquoi une justice militaire, juridiction d’exception par excellence, que le Burkina Faso, a rayé dans la mouture de son projet de nouvelle constitution de Ve République ? Bien sûr, Deby tente de saupoudrer le tout pas un statut de l’opposition, et un conseil des droits de l’homme, mais que valent une opposition muselée, ou la présence de droits-de-l’hommiste dans un pays où il y a un Léviathan tout-puissant ? Voilà Idriss Deby qui remet les compteurs à zéro, pour régner, et évidemment les Occidentaux fermeront les yeux, car, il est un pivot dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Le Warrior en chef sait se battre, le siège de barkhane est au Tchad, et il y a toujours un peu du pétrole. En dépit donc de la clameur désapprobatrice des Tchadiens, des grèves à tiroirs, de la quasi-banqueroute du pays qui n’arrive plus à payer les salaires des fonctionnaires, il aura sa constitution, son sextennat et goûtera encore à ce nectar nommé pouvoir. Bienvenue au royaume de Deby !

La Rédaction

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0