Côte d’Ivoire : Amadou Gon dément des manigances contre le PDCI

Côte d’Ivoire : Amadou Gon dément des manigances contre le PDCI

 

Répondant aux accusations du président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA, ex-parti unique), le premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly a soutenu, mardi soir, à Bouaké qu’il «n’est pas bien de vouloir diviser à nouveau les ivoiriens en faisant croire que notre pouvoir commun, le pouvoir du RHDP essaie d’utiliser» l’appareil judiciaire contre «le parti frère et ami du PDCI».

Le PM Gon Coulibaly s’exprimait lors d’un meeting de soutien aux candidats du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir), en lice pour les municipales et régionales du 13 octobre prochain dans le Gbêkê (Bouaké, Centre-Nord).

«Aux dernières réunions du Bureau politique de notre parti ami et frère le PDCI, certains propos ont été tenus tendant à faire croire que le pouvoir essaie de faire quelque chose contre le PDCI-RDA», a déploré d’entrée le premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

«Je veux ici devant toute la notabilité et devant tous les militants et militantes du RDHP ici réunis, vous dire que rien, rien et rien n’a été entrepris contre le PDCI-RDA mais il y a des problèmes, c’est possible mais à l’intérieur du PDCI», a-t-il poursuivi, priant pour qu’à l’extérieur on puisse trouver les solutions aux problèmes qui rongent l’ex-parti unique.

Pour M. Gon, «il n’est pas juste et il n’est pas bien de vouloir diviser à nouveau les ivoiriens en faisant croire que notre pouvoir, notre pouvoir commun, le pouvoir du RHDP essaie d’utiliser» des subterfuges politiques pour nuire au PDCI.

«Il faut continuer de prier pour que l’entente revienne et que là-bas (au PDCI), unis, ils reviennent à l’intérieur du RHDP pour que les enfants du président Félix Houphouët-Boigny puissent se retrouver à nouveau comme cela était le cas depuis 2011», a-t-il ajouté, se disant confiant quant aux retrouvailles prochaines des enfants de Félix Houphouët-Boigny car beaucoup d’initiatives sont menées dans ce sens.

Toutefois, a ensuite martelé Amadou Gon «il n’est pas bon et nous ne pouvons pas admettre un seul instant que l’on puisse faire croire que le pouvoir aujourd’hui joue avec la justice» car quiconque connaît le président Ouattara sait que c’est un défenseur des libertés publiques.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR