Covid-19 au Burkina : 114 cas, 2 nouvelles guérisons et toujours 4 décès

Covid-19 au Burkina : 114 cas, 2 nouvelles guérisons et toujours 4 décès

Le point de presse sur le Covid-19 de ce mardi 24 mars 2020, a révélé l’enregistrement de 15 nouveaux cas, portant ainsi à 114 le nombre de cas confirmés depuis le début de l’épidémie. Des dires du Pr Martial Ouédraogo, à ce jour, on a dénombré 4 décès liés directement au Covid-19. Il a également annoncé une bonne nouvelle, la guérison de 2 autres personnes portant le total de guérisons à 7 personnes. Le porte-parole du gouvernement, lui, a salué le geste de la fondation Coris qui a décidé d’allouer une contribution de 200 millions de F CFA à la lutte contre la pandémie.

L’équipe du Pr Martial Ouédraogo au 23 mars 2020, a enregistré 15 nouveaux cas, ce qui porte à 114 le nombre de cas confirmés depuis le début de l’épidémie. Ces malades se répartissent comme suit : Ouagadougou 96 cas, Bobo-Dioulasso 6 cas, Borormo 6 cas, Houndé 2 cas, Dédougou 2 cas, Banfora 1 cas, Manga 1 cas, soit 41 femmes et 73 hommes. A ce jour, on dénombre 4 décès liés directement au Covid-19, «Je suis heureux de vous rapporter 2 guérisons», a-t-il ajouté. De ses dires, il s’agit d’une femme membre de l’équipe de prise en charge et d’un homme de 26 ans (patient de Houndé), ce qui vient porter le total de guérisons à 7 personnes.

Interrogé sur le travail de son équipe, le coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de coronavirus a donné des chiffres. Les appels enregistrés au niveau de leurs serveurs sont au nombre de 42 077. «Nous avons pu mettre en place des équipes de 30 personnes toutes les 8 heures», foi du Pr. Ses «hommes» on vu 612 contacts et les équipes de suivi des contacts sont au nombre de 41. Ce qui veut dire que par jour, ils ont vu au moins 15 contacts. En ce qui concerne les équipes d’intervention rapide, 19 alertes ont été enregistrées. «Nous avons également désinfecté des sites dont les locaux du ministère des Affaires étrangères, deux cliniques dont des ambulances et 4 domiciles», a rassuré l’épidémiologiste.

Au total, l’équipe a réalisé depuis le début de la maladie 183 tests dont 114 positifs. Pour ce qui est des foyers, Martial Ouédraogo a souligné qu’il y a le foyer humain de Houndé qui reste circonscrit et les deux autres foyers humains de Ouaga qui sont toujours actifs et qui sont à l’origine de la plupart des cas actuels. «Nous sommes en train d’investiguer les foyers de Banfora et de Boromo», a-t-il poursuivi. Le Pr en a profité pour rappeler que le test n’est recommandé que pour les personnes ayant été en contact ou venant de zones où il y a l’épidémie et qui présente des signes. «Si on n’a pas de signes, le test n’est pas contributif car le virus peut être là mais on ne peut pas le détecter».

Une solidarité agissante

Le ministre de la Communication Rémis Dandjinou, deuxième conférencier du jour a expliqué le bien-fondé des dernières mesures prises par les autorités dans le but de freiner l’expansion du virus. Il a rappelé que les déplacements que nous effectuons d’une ville à une autre sont parfois source de transmission, d’où cette interdiction à l’exception du fret et des véhicules qui ont obtenu l’autorisation du ministère de la Santé. Une concertation qui a eu lieu ce lundi a abouti à la fermeture des grands marchés de la capitale. «L’objectif premier de cette mesure est de rompre la chaîne de transmission du virus», a indiqué le porte-parole du gouvernement. Il a également attiré l’attention des populations sur le fait que le Covid-19 touche toutes les tranches de la population et non les ministres et les personnes fortunées, «On ne pourra pas mettre un militaire, un gendarme derrière chaque Burkinabè pour qu’il applique les consignes. Chacun doit être responsable de sa santé de celle de sa famille et de notre pays».

Le ministre Dandjinou pour terminer, a salué le geste de la fondation Coris qui a décidé d’allouer une contribution de 200 millions de F CFA à la lutte contre la pandémie. Cette fondation met immédiatement à la disposition du comité de lutte au titre de cet accompagnement 90 950 000 F CFA constitués de masques de protection, de combinaisons de protection, de solutions hydroalcooliques, d’aspirateurs médicaux à pédale, d’aspirateurs de vide, de potences à roulette. «Ce geste est l’expression de cette solidarité agissante qui doit avec le respect strict des règles édictées par le ministère de la Santé, nous permettre de venir à bout  de la pandémie», a-t-il laissé entendre.

Aline Ariane BAMOUNI

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR