CPI -Camp  Ouattara: le dernier baroud de Bensouda

CPI -Camp  Ouattara: le dernier baroud de Bensouda

Fatou Bensouda semble n’avoir pas fini avec les protagonistes de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire. Alors que le pays met les bouchées doubles pour accueillir Laurent Gbagbo, la procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda a annoncé des poursuites contre le camp Ouattara. Invitée du Journal Afrique de TV5 monde, l’ancienne collaboratrice de Luis Moreno Ocampo a affirmé : «Aujourd’hui, je peux affirmer avec une conscience tout à fait tranquille que j’ai fait tout ce que je devais faire en tant que procureur dans ce dossier (affaire Gbagbo et Blé Goudé) et dans tous les autres dossiers.

Donc pour moi, ce n’est pas une affaire de défaite ou de victoire. Ce sur quoi il faut se concentrer, c’est que plus de 3 000 Ivoiriens sont morts. Souvenons-nous des victimes de ces crimes. Ce n’est pas une question de gouvernance ou de pouvoir. Mais de victimes qui sont mortes ou qui souffrent encore aujourd’hui de ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire. Ils méritent justice».

Bensouda a clairement annoncé que le dossier des pro-Ouattara est également en cour de traitement par la Cour de La Haye. «Et je saisis l’opportunité pour dire que mon bureau à la CPI n’a pas seulement enquêté d’un côté. Nous sommes aussi en train d’enquêter sur l’autre camp (camp Ouattara, NDLR)», a affirmé la procureure.

A l’endroit de ceux qui pensent qu’elle  a subi un revers face à Gbagbo et Blé Goudé,  Bensouda a tenu à expliquer les difficultés par lesquelles elle et ses collaborateurs sont passés. «Dans ce métier, nous avons de frustrations. Parce qu’on veut faire tellement, on veut porter notre attention sur tout, mais le manque de fonds nous en empêche, le manque de coopération nous en empêche, la manipulation des témoins nous en empêche. La politisation des affaires affecte notre travail. Parfois, on voit quelqu’un accusé de crimes. Il devrait être poursuivi et conduit à la CPI. Mais à cause de la politisation des affaires, la personne n’est pas conduite à la Cour, et c’est très frustrant».

Rappelons que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont définitivement été acquittés de crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Le « plan commun » allégué par la procureure Fatou Bensouda, selon lequel l’ancien président ivoirien et le ministre de la Jeunesse de son dernier gouvernement pour conserver le pouvoir par tout moyen, y compris la violence, n’a pu être prouvé par les 82 témoins à charge qui se sont succédé à la barre, ainsi que les preuves. Le juge président de la Chambre de première instance, Cuno Tarfusser, ayant dénoncé une «faiblesse exceptionnelle» du dossier.

Fatou Bensouda cèdera son poste de chef du bureau du Procureur à l’Anglais Karim Khan, dès le 15 juin prochain. Mais avant de céder définitivement le tablier à son successeur, l’ancienne ministre de la Justice de Yahya Jammeh veut solder ses comptes.

La rédaction

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR