Crise au MENA : De quel côté penchera la balance ?

Crise au MENA : De quel côté penchera la balance ?

Qui dit du gouvernement ou de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) fléchira. Qui prendra le dessus dans ce bras de fer qui aura fait perdre le premier trimestre et qui donne des sueurs froides à plus d’un parent d’élève ?

Les pronostics vont bon train. Si l’on s’en tient aux différentes déclarations, un fossé sépare les deux parties. Le gouvernement, par la voix de son chef, l’a affirmé : «nous ne pouvons pas satisfaire ici et maintenant les revendications qui nous ont été présentées pour des raisons de moyens». De l’autre côté, le ton est monté, «nous avons atteint un point de non-retour. Nous ne reculerons pas sans avoir eu gain de cause». On imagine que chacun de son côté affûte ses armes, pour venir à bout de l’autre. Selon une certaine opinion le rapport de force se trouve en faveur de la CNSE qui aura pour la première fois réussi à mobiliser tous les syndicats de l’éducation et à paralyser le système éducatif. En outre, de mémoire d’homme, c’est la première fois qu’un mouvement de grève bénéficie de tant de soutien de la part du monde syndical. Tour à tour, près d’une dizaine de syndicats (santé, trésor, impôts, …) sont venus dire leur «admiration» pour les grévistes. Si le dialogue ne produit pas les résultats escomptés, on s’achemine tout droit vers une «année blanche», dont chaque partie à commencer par le pouvoir en place, portera l’entière responsabilité. Il est plus que jamais urgent que chacun lâche du lest, mette de l’eau dans son vin afin que l’année scolaire soit sauvée. Car il s’agit de l’avenir de la nation. Vivement que la sagesse prime sur l’orgueil des uns et des autres.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 1
  • comment-avatar

    Nous savons bien et bel qu’au Burkina le gouvernement est très bien posé mais ceux qui ce tue pour les donné sont marginalité comment pouvons nous comprendre qu’une seule personne a-t-elle des millions de dollars bloqué à l’extérieur ?