Crise promoteurs de clubs PMU – LONAB : Près de 240 clubs définitivement fermés par la loterie

Crise promoteurs de clubs PMU – LONAB : Près de 240 clubs définitivement fermés par la loterie

Les promoteurs des clubs PMU qui ont été fermés depuis 2016, ont tenu une conférence de presse, ce jeudi 11 janvier 2018, à Ouagadougou.

Le porte-parole des promoteurs de clubs PMU, Mamoudou Kouka Kiendrébéogo, a expliqué que la rencontre était pour informer la presse et à travers elle, attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la mauvaise gestion de la crise entre la LONAB et les promoteurs. Il a indiqué que lui et les siens souhaitent la réouverture des clubs et par conséquent, s’opposent à la note de la LONAB les invitant à passer récupérer les cautions déposées auprès de l’institution. Près de 240 clubs sont concernés, avec un manque à gagner de 48 milliards.

Cette crise est relative à la fermeture des clubs, malgré l’octroi d’autorisations d’ouverture signées des mains du l’ex-DG de la nationale des jeux, Lucien Carama, en 2016.

Depuis des mois, le torchon brûle entre la Loterie nationale du Burkina et certains de ses partenaires que sont les promoteurs de clubs PMU. Et pour cause, en 2016, la LONAB a décidé de la fermeture de kiosques dont elle avait elle-même autorisé l’ouverture, et ce, pour des problèmes internes. Selon les conférenciers du jour, les raisons évoquées pour justifier le problème interne variaient, chaque jour : tantôt de l’argent aurait été perçu pour l’ouverture de certains clubs, tantôt les critères n’auraient pas été respectés, ou encore que c’est le personnel et leurs parents qui auraient bénéficié de ces clubs, etc.

«Depuis longtemps, nous avons entrepris des démarches auprès de la LONAB qui nous a assurés de sa volonté de rouvrir les clubs, mais auparavant, la structure devrait régler son problème interne». Après 24 mois de patience et contre toute attente, ce 5 janvier, à travers un communiqué, la LONAB a invité les promoteurs à passer récupérer les cautions versées et ce, pour compter du mercredi 10 janvier 2018. La même note informant que de nouvelles dispositions pour l’ouverture des clubs PMU’B seront communiquées bientôt.

C’est au total, près de 240 clubs qui ont été fermés, sur toute l’étendue du territoire national. Les initiateurs de la rencontre ont expliqué qu’à partir d’une estimation de profane, mais basée sur des éléments assez objectifs, ils estiment les pertes comme suit : en termes de chiffre d’affaires, sachant qu’un club peut rapporter en moyenne 10 millions par mois et qu’il y a au moins 200 clubs fermés sur l’ensemble du territoire, cela donne un manque à gagner de 48 milliards pour les 24 mois de crise. Des dires des promoteurs, avec le temps, ils ont pu comprendre que le soi-disant «problème interne» n’est rien d’autre que le partage inéquitable d’un gâteau, aux yeux des ténors de notre nationale des jeux. A en croire le porte-parole, M. Kiendrebéogo, lors d’un entretien avec l’actuel DG de la LONAB, en compagnie du représentant syndical, le DG a tenu des propos frisant l’arrogance envers les autorités : «Personne au monde ne peut m’obliger à ouvrir les clubs, même Roch, qui m’a nommé, ne peut m’obliger à ouvrir tant que je ne suis pas prêt…».

Des clubs parallèlement ouverts

Pendant que la LONAB n’arrive pas à résoudre le problème de la réouverture des clubs fermés depuis plus de deux ans, la loterie, sous la direction de Lucien Carama, a ouvert 6 clubs et l’actuel DG, Simon Tarnagada a  même procédé à l’ouverture de nouveaux clubs, notamment à Dori, Essakane, Gorgadji, Worgaye, Gorom, Kompelga, Arbolé, Latoedin, dans les Hauts-Bassins, etc. Toute chose que les plaignants du jour ne comprennent pas.

Par ailleurs, pour Kouka Kiendrébéogo et les siens, le remboursement des cautions (1 500 000 F pour Ouagadougou, 1 000 000 F pour Bobo et 500 000 F pour les autres provinces) ne saurait compenser le préjudice. En effet, étant donné que la LONAB n’a jamais parlé de fermeture définitive, les promoteurs ont continué à assurer les charges liées à leurs clubs, c’est-à-dire à payer la location, les factures, les salaires des vendeuses, etc. Des frais qui peuvent atteindre plusieurs millions de FCFA. Par conséquent, ils en ont appelé au bon sens du Premier ministre qui, en réponse à leur correspondance, a rassuré que les clubs seront rouverts, mais aussi, à celui des responsables de la loterie pour le respect des engagements pris.

Aline Ariane BAMOUNI

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 4
  • comment-avatar

    «Personne au monde ne peut m’obliger à ouvrir les clubs, même Roch, qui m’a nommé, ne peut m’obliger à ouvrir tant que je ne suis pas prêt…»

    il parait que le dg tarnagda simon est le beau-frère du ROKKO. AH OUAIS HEIN ON PENSAIT QUE LE TEMPS DES SUPERS HOMMES ÉTAIENT RÉVOLU. BIENVENU AU MOUTA MOUTA LAND OU LE YADA YADA EST ROI !!!

    • comment-avatar

      ON APPREND QUE TARNAGDA ET COMPAGNIE SONT DES CHAMPIONS EN BASSE BESOGNE MAIS CETTE FOIS CI LA LES CAROTTES SONT CUITES !

      PIRES AGENTS DE LA LONAB !
      ET PUIS PLUS D’UN MILLIARD POUR FAIRE LEUR CINQUANTENAIRE CA SENT LE DÉTOURNEMENT DE HAUT VOL ! ENTRE TEMPS IL SE DISAIT EN VILLE QUE PLUS 1000 MILLIONS DE F FCA DANS LES COMPTES DES AGENTS DE LA LONAB SANS JUSTIFICATION SUREMENT VOILA POURQUOI ILS CRIENT EN VILLE QU’ILS SONT RICHES !!!

  • comment-avatar

    TARNAGDA, KIEMA, SOW, LANKOANDE, NABALOUM, CONSEIL D’ADMINISTRATION MEME PIPE MEME TABAC MAIS CE COUP CA VA PAS LE FAIRE ! LA LONAB EST POUR TOUT LE MONDE ! IL VA FALLOIR REVOIR LA COPIE, IL Y A TROP DE FAUTES !

  • comment-avatar

    AH BON IL VEUT FERMER POUR ROUVRIR AVEC D’AUTRES CONDITIONS OU EST-CE QUE L’ON A VU CA CA SENT L’ARNAQUE, L’ESCROQUERIE DE HAUT NIVEAU !!!