Demi-finales CAN 2021 : Epique chevauchée des Etalons stoppée par les Lions de la Téranga !

Demi-finales CAN 2021 : Epique chevauchée des Etalons stoppée par les Lions de la Téranga !

 

La première demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2021 a livré son verdict, hier mercredi 2 février 2022. Le billet qualificatif est revenu aux Lions du Sénégal, au terme d’un match disputé. C’est sur la note de 3 buts à 1, que les Lions de la Téranga ont stoppé l’épique chevauchée des Etalons.

Pour cette demi-finale qui s’annonçait époustouflante, le sélectionneur Kamou Malo a choisi d’aligner d’entrée : Koffi, Dayo, Edmond, Yago, Issa, Blati, Guira, Bertrand, Bayala et Bandé. Il ne pouvait pas mieux faire, même si les titularisations de Bertrand qui n’est pas à 100% et de Bandé jusque-là approximatif, restent discutables. A l’opposé, les Lions du Sénégal ont opté de renforcer le milieu de terrain dans un système proche de celui des Etalons, mais avec un Idrissa Gana Gueye en soutien, à la fois à la ligne offensive et des deux éléments affectés à la récupération.

Sur la pelouse trempée (pluie en début d’après-midi) du stade Ahmadou Ahidjo, les Etalons entrent plutôt bien dans la partie. Les 15 premières minutes sont légèrement dominées par les Burkinabè, très entreprenants. L’accélération brutale des Lions du Sénégal après ce quart d’heure de fausse observation va mettre du piment à la partie. Mais coup sur le coup, le Burkina répond à l’impertinence sénégalaise. Après tout, il s’agit d’un match avec dans chaque camp des têtes d’affiche. Un face-à-face de deux grands attaquants (Sadio et Bertrand), deux grands gardiens (Hervé et Edouard), deux grands milieux Idrissa Gana Gueye et Blati Touré. D’ailleurs, le slalom du capitaine Bertrand Traoré à la 22e minute va sonner une alerte sérieuse.

Dans ce match assez équilibré, deux moments de flottements coupables de l’arbitre vont faire monter le mercure dans les tribunes. D’abord sur l’intervention d’Hervé Koffi (qui sortira sur blessure), ensuite sur un tir contré par Edmond Tapsoba. L’arbitre croit détenir l’occasion d’une sanction suprême (penalty), mais c’était sans compter sur la VAR. La première période s’achève sur le score de parité de 0 but partout, avec des statistiques qui en disent long sur la détermination des Burkinabè. 7 tirs (dont 2 cadrés) pour le Burkina, contre 8 tirs dont 3 cadrés pour le Sénégal. Dans la colonne possession de balle, les Etalons sont crédités de 51% contre 49 pour leur adversaire. Le favori est en plein ballotage.

La deuxième période s’engage sur les mêmes notes que la première. Farid qui a remplacé Hervé Koffi dans les perches est dans le coup. Les Burkinabè ne baissent pas la garde. Au pressing constamment exercé sur les Lions, s’ajoute les bons jaillissements des récupérateurs. Sadio Mané et ses camarades ne parviennent pas à dérouler comme ils le veulent. Mais physiquement, l’impact du prix à payer se fait ressentir. Cyrille Bayala Out, Bertrand en-deçà de sa forme habituelle, Hassane Bandé pas toujours juste dans son jeu, Gustavo qui ne retrouve pas véritablement son élan magique… l’usure était l’adversaire le plus redouté des Etalons. Logiquement, elle se présente dans un premier temps sous forme de corner (1 à 0), puis sur une action menée sur le côté gauche par le capitaine Sadio Mané. 2 buts à 0.

Avec deux unités de retard face à une grande formation du Sénégal, l’espoir devient extrêmement mince. Qu’à cela ne tienne, les Etalons vont trouver les ressources nécessaires pour planter le but de la relance. Il est l’œuvre de Blati Touré, sur un bon travail orchestré sur le côté droit par Issa Kaboré. Malheureusement, sur une balle contrée, alors qu’Edmond Tapsoba tentait d’amorcer l’offensive, Sadio Mané bénéficie du cuir. Son raide ne laisse aucune chance au portier Farid. Score final 3 buts à 1.

La note est quelque peu salée, mais les Etalons n’ont pas à rougir. Pour une sélection en reconstruction, les Burkinabè peuvent être fiers de leurs mômes. Il faut dès à présent oublier cette demi-finale perdue et se concentrer sur la troisième marche du podium. Ce sera samedi prochain, contre le Cameroun ou l’Egypte, qui s’affrontent ce soir à 19 heures pour le compte de la deuxième demi-finale. Une entrée triomphale à Ouagadougou est toujours possible.

Hamed Junior, envoyé spécial à Yaoundé

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd❜hui au Faso

GRATUIT
VOIR