Dialogue Etat/secteur privé à Bobo-Dioulasso : De nouvelles orientations pour la promotion des entreprises

Dialogue Etat/secteur privé à Bobo-Dioulasso : De nouvelles orientations pour la promotion des entreprises

La ville de Sya a abrité la 2e édition de la rencontre nationale du cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/secteur privé les 14 et 15 octobre 2019, sous la présidence du premier ministre, chef du gouvernement Christophe Joseph Marie Dabiré. L’objectif est de trouver les moyens pour promouvoir la compétitivité des entreprises dans un environnement international fortement concurrentiel.

La 2e rencontre nationale du cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/secteur privé s’est tenue sur le thème : «stratégies d’intégration des entreprises burkinabè dans les chaînes des valeurs nationales, régionales et internationales» avec deux sous-thèmes à savoir : «Alliances stratégiques comme outils d’intégration dans les chaines de valeur» et «Qualité des produits burkinabè : état des lieux, défis, enjeux et perspectives».

Les statistiques du centre de commerce international montrent que 80% des échanges mondiaux se font au sein des chaînes de valeur et que 60% du commerce mondial des marchandises portent sur les échanges de biens intermédiaires. Dans ce contexte, la compétitivité de nos entreprises passe par leur insertion dans les segments spécifiques de production aux niveaux national, régional et mondial. D’où la nécessité de l’organisation des acteurs en réseaux allant de la production de base à la transformation et à la distribution.

Des dires du premier ministre, la mise en œuvre d’une telle stratégie, permettra d’accroitre sensiblement, à l’horizon 2022, la part de l’industrie manufacturière dans le PIB et celle des produits manufacturés dans les exportations de notre pays.

Pour l’atteinte des objectifs, le gouvernement compte à court terme, consolider le tissu industriel existant à travers l’assainissement du marché local, et la restructuration des industries en difficulté. Et à moyen et long termes, tendre vers l’émergence grâce à la modernisation de l’industrie, par l’utilisation des technologies et innovations de pointe.

L’innovation selon le ministre du Commerce Harouna Kaboré, est l’exposition qui consiste à présenter un échantillon des produits manufacturés aux populations, aux investisseurs pour leur vulgarisation. L’initiative 100 produits certifiés pris en charge par l’Etat pour que le consommateur puisse avoir des produits de meilleure qualité.

La 2e partie traitera de la qualité des produits, leur accessibilité, leur disponibilité et comment les unités industrielles deviendront plus performantes et productives avec les mesures d’accompagnement du gouvernement.  Cette rencontre pour le président de la délégation régionale de la Chambre de commerce et d’industrie de Bobo-Dioulasso, Lassiné Diawara, permet d’améliorer l’environnement économique, les zones industrielles et les grandes mesures qui ont été prises par le ministère du Commerce pour mettre en place un nouveau code des investissements pour la promotion du secteur privé.

«Le gouvernement accompagnera le secteur privé»

Pour Christophe Dabiré, la réussite du secteur privé passe nécessairement par son organisation. Si l’on veut construire il faut que le dialogue soit à l’origine, fait-il savoir. «Le gouvernement a pris un certain nombre de mesures pour accompagner le secteur privé dans l’implantation et le développement des entreprises car il veut faire de ce secteur le moteur du développement et celui de la transformation structurelle de notre économie», a soutenu le PM.

Pour sa part, le président de la délégation régionale consulaire souhaite que les principales recommandations formulées fassent l’objet d’examen approfondi par le gouvernement. Le secteur privé quant à lui, a rassuré le gouvernement de son engagement à continuer de jouer pleinement son rôle de créateur de richesses.

Daniel OUATTARA

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR