Discours du président du Faso à la tribune de l’ONU : Prestation réussie pour Damiba le «Bleu»

Discours du président du Faso à la tribune de l’ONU : Prestation réussie pour Damiba le «Bleu»

Qui a dit qu’un «Bleu» pour sa première sortie internationale devait rester coi, ou délivrer un discours connu, voire insipide ? Le bon contre-exemple par le président de la Transition du Burkina Faso, Paul-Henri Sandaogo Damiba qui aura réussi la prouesse de surprendre agréablement ce 23 septembre 2022. Le parlé cash du militaire affleure toujours derrière les propos, mais pour cette sortie internationale, devant un aéropage de personnalités et en mondovision, le chef de l’Etat du Burkina, au pouvoir depuis seulement 8 mois a fait presqu’un sans-faute à cet examen de passage onusien en transformant l’essai. Les rédacteurs ou les nègres de la plume de Damiba ont bien cerné les contours d’un tel grand oral.

De la chute du mur de Berlin, qui sonna le glas d’un communisme sirupeux mais trompeur, et qui, fit construire par beaucoup des châteaux sur des comètes, en passant par le Covid-19, et le retour du nationalisme par les reflux identitaires et grégaires, Damiba n’a éludé aucun sujet  même en survol, tels  la dette, la démocratie, le développement durable, le climat …

Evidemment, puisqu’il faut bien parler de soi, et puisque sa présence même à l’ONU peut paraître comme une incongruité, il fallait bien qu’il évoque le coup d‘Etat du 24 janvier 2022, dont la justification est arrimée à une dégradation crescendo du contexte sécuritaire au Burkina entre 2015-2021.

Les résolutions, Damiba, les met dans les 4 fondamentaux édictés par la Transition qui sont : la lutte contre le terrorisme et la restauration de l’intégrité du territoire, la réponse à la crise humanitaire, la refondation de l’Etat et l’amélioration de la gouvernance et la réconciliation nationale et la cohésion sociale.

Avec 1 520 012 PDI au 31 août 2022, des milliers d’écoles fermées et un demi-million d’enfants déscolarisés, le Faso a besoin d’un gap de 4 575 510 885 de dollars sur un total de 18. 0 64.0 124.104 de dollars, et Damiba s’est tourné vers les PTF, lesquels l’ont reçu avant même son discours comme la Banque mondiale, l’OCI …

De l’aide, Damiba en veut pour le Burkina, mais celle qui fait qu’on peut s’en passer, posture louable car si la main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit, il faut un auto-ajustement et une autosuffisance dans certains domaines-clefs au Burkina pour être vraiment souverain.

Dans son costume gris, cravate bleue claire, Damiba a revêtu celui de l’homo-communicus avec cette prestation onusienne réussie.

La REDACTION

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR