Dr Mireille Kabré à propos des toxidermies : «Tous les médicaments que nous prenons peuvent donner des réactions cutanées»

Dr Mireille Kabré à propos des toxidermies : «Tous les médicaments que nous prenons peuvent donner des réactions cutanées»

Elles sont en général imprévisibles et tout le monde peut les avoir. Les toxidermies, puisqu’il s’agit d’elles, se définissent comme un ensemble de manifestations dermatologiques causées par une prise médicamenteuse. Quels sont ses facteurs de risque ? Constituent-elles une urgence de santé publique ? Comment sont-elles diagnostiquées ? Quelles peuvent être les complications de ces maladies ? Dr Mireille Kabré, médecin dermatologue-vénérologue et titulaire d’un Diplôme inter-universitaire (DIU) en dermatologie pédiatrique apporte des éléments de réponses à toutes ces interrogations.

Qu’est-ce que les toxidermies ?

Les toxidermies sont un ensemble de manifestations dermatologiques causées par une prise médicamenteuse. Il s’agit parfois d’une urgence médicale. Le sujet est tellement important que la Société burkinabè de dermatologie d’esthétique et de cosmétique (SOBUDEC) avait tenu en octobre 2017 ses 5es journées, sous le thème principal de «Peau et médicaments».

Quels sont les personnes et les facteurs de risque ?

Tout le monde peut faire une toxidermie (personnes âgées, adultes, enfants) et tous les médicaments que nous prenons peuvent donner des réactions cutanées. Cependant, certains sujets ont une prédisposition génétique qui les amène à réagir beaucoup plus aux médicaments que d’autres. De même qu’il y a certains médicaments qui occasionnent plus de réactions que d’autres. Ce sont entre autres certains antibiotiques et  anti-inflammatoires…

Constituent-elles une urgence de santé publique ?

Les toxidermies constituent une urgence de santé publique du fait que les médicaments n’ont pas toujours une traçabilité facile pour les médecins. En plus, les médicaments vendus dans la rue constituent une particularité importante qui complique souvent les estimations.

Parlez-nous des différents types de toxidermies.

Il y a plusieurs types de toxidermies qui vont des formes simples  pouvant être des démangeaisons, aux formes graves  à type de décollement total de la peau. Ces formes graves nécessitent en urgence une hospitalisation et une prise en charge rapide.

Comment sont-elles diagnostiquées ?

Le diagnostic peut être posé par le patient lui-même qui constate qu’après la prise d’un médicament quelconque, il a des démangeaisons ou une éruption cutanée. Mais, il est toujours important de consulter un médecin pour qu’un diagnostic clinique puisse être posé et incriminer un médicament si possible.

Quel doit être notre premier geste en cas de diagnostic suspect ?

En cas de suspicion de toxidermie, il faut arrêter immédiatement le médicament qui en est la cause ou celui qu’on suspecte et se faire consulter rapidement par un médecin.

Quel est l’état des lieux au Burkina Faso ?

Au Burkina Faso, le centre de pharmaco-vigilance estime qu’environ 25% des notifications spontanées des effets indésirables des médicaments sont des réactions cutanées. Ces toxidermies compliqueraient environ 8% des traitements hospitaliers.

Quelles sont les complications des toxidermies ?

Les complications sont nombreuses et sont fonction de la sévérité et du type de toxidermie. Elles (complications) peuvent concerner la peau, les yeux, les organes génitaux externes, l’appareil digestif, les reins, les poumons, etc. Ces complications peuvent dans certaines situations entraîner le décès du patient.

Qu’en est-il des toxidermies chez le nourrisson ?

Les toxidermies chez le nourrisson peuvent avoir les mêmes présentations cliniques voire les mêmes sévérités que chez les adultes.

Quels conseils pouvez-vous donner à nos lecteurs pour éviter les toxidermies ?

Les toxidermies sont en général imprévisibles (tout le monde peut l’avoir à tout moment), cependant, il y a des mesures simples qui permettent de les prévenir:

éviter l’auto-médication ;

éviter la polymédication ;

avoir un carnet de santé à jour si possible dans lequel seront notifiés les antécédents allergiques du patient.

Qu’en est-il de la prise en charge ?

La prise en charge dépend du type de toxidermie. En tous les cas, il faut en premier lieu, arrêter tout médicament suspect que le patient a eu à prendre.

Ensuite, prendre le malade en charge en fonction des symptômes qu’il présente. Et enfin, s’il s’agit d’une forme sévère, il faut hospitaliser rapidement le malade.

Quel est votre mot de fin ?

Les toxidermies sont des maladies graves. C’est pourquoi, j’invite toute personne se sentant mal après une prise médicamenteuse à se rendre dans un centre de santé pour bénéficier d’un traitement médical adéquat afin d’éviter la réintroduction d’un autre médicament qui pourrait être dangereux pour la personne. Ne jamais négliger une allergie due à un médicament.

 Propos recueillis par Boureima SAWADOGO

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR