Duel Domingos  #  Embalo en Guinée-Bissau : Pourvu que la démocratie sorte vainqueur !

Duel Domingos  #  Embalo en Guinée-Bissau : Pourvu que la démocratie sorte vainqueur !

Paisible et sans problème, laissent entendre la commission électorale et les observateurs indépendants ! Frauduleuse et crisogène, martèle à contrario l’opposant principal Umaro Sissoko Embalo !

L’ultime et second round de la présidentielle bissau-guinéenne, promet des étincelles, à moins que les 2 duellistes quel que soient les résultats prévus pour dans les 48 heures, sachent jouer piano piano !

C’est un vote ouvert avec sa part d’indécis et ses enjeux. Le président sorti, mais qui avait refusé de partir, José Mario Vaz qui était l’os de cette élection a été finalement chassé par les urnes dès le 1er tour .

Les Bissau-guinéens étaient en tout cas aux urnes hier dimanche 29 décembre 2019. Ils y étaient pour départager deux candidats : Domingos Simões Pereira du PAIGC, arrivé en tête du premier tour, et  Umaro Sissoko Embalo du parti Madem G-15, le deuxième. Deux enjeux visibles à ce scrutin : qui le remportera entre les deux candidats et quid du taux de participation ?

 Domingos Pereira est certes arrivé avec 45% des voix au premier tour, mais pendant la campagne du second tour, Umaro Embalo a ferraillé dur pour rallier les candidats malheureux du premier round. Et il en a obtenus et pas des moindres.

Mais là également, rien n’est posé sur la pierre de la certitude. Les voix des votants n’appartiennent jamais à un candidat. Les électeurs peuvent décidés de ne pas suivre les consignes de vote et s’orienter sur les discours ou les projets qui les auraient vraiment convaincus. Le suspense est donc maintenu jusqu’à la publication des résultats.

Ils sont plus de 700 000 Bissau-guinéens qui ont été appelés à exprimer leur vote. Signe que les Bissau-guinéens avaient cette échéance à fleur de vote, et que le taux de participation pourrait encore atteindre les 75% du 1er tour. Les premières tendances font croire qu’il faudra s’attendre à un taux de participation acceptable. Et ce serait de bonne guerre même si ce sont généralement des élections pliées d’avance, les candidats peu convaincants ou sans véritable enjeu qui coupent généralement l’appétit électoral des populations. Mais il faut croire que les habitants de ce pays régulièrement inscrit sur la liste des contrées en crise ont trouvé là l’opportunité de rompre ce cycle de violence, d’interruption et d’irrégularités démocratiques qui ont couvert de cloques l’état général de la Guinée-Bissau et les entrailles de son développement. Accoutumée aux crises pré et post-électorales, cet Etat qu’on dit failli s’est toujours mal porté politiquement. Les pouvoirs kaki alternant avec ceux pseudo-civils.

C’est pourquoi, la balle n’est pas seulement que dans le camp des Bissau-Guinéens civils. Les regards sont aussi dardés sur les bidasses. Ce sont généralement eux qui font joujou avec le processus démocratique et électoral et intègrent les notes discordantes dans les symphonies généralement et relativement bien engagées.

On se souvient de ce second tour interrompu par l’armée et d’autres escalades désagréables et fort dommageables sur la stabilité démocratique du pays. Il reste à espérer que les militaires resteront sages comme ils l’ont été depuis le début de ce processus électoral. Et qu’ils le resteront bien après et laisseront le nouveau président élu dérouler son programme sans avoir à craindre leurs sautes d’humeur. Conjurer le spectre d’un raccourci militaire ou d’un imbroglio politico-militaire postélectoral, voilà ce à quoi pensent de nombreux Bissau-guinéens.

Du reste, apparemment, la CEDEAO semble être décidée à faire régner l’ordre au sein de ce membre agité. La force de l’organisation est sur place, prête à intervenir. Le président José Mario Vaz a eu le privilège de goûter à sa détermination. Et pourvu que les militaires Bissau-guinéens se le tiennent également pour dit. Seule la démocratie doit sortir vainqueur des urnes !

Ahmed BAMBARA

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR