Economie : Standard and Poor’s maintient la note B pour le Burkina

Economie : Standard and Poor’s maintient la note B pour le Burkina

En dépit d’un contexte sécuritaire difficile marqué par des attaques récurrentes qui touchent plusieurs régions du pays, l’économie du Burkina Faso se porte bien et est restée stable. Selon le Financial Afrik, l’Agence américaine de notation S&P Global Ratings a confirmé la note B/Stable/B au Burkina Faso. Selon les précisions de nos confrères, la perspective stable reflète la stabilité politique, la consolidation budgétaire progressive et la poursuite d’une croissance économique soutenue au cours des 12 prochains mois.

La note tient aussi compte des risques de performances économiques et budgétaires inférieures aux prévisions actuelles de l’agence qui s’attend à davantage d’investissements dans les infrastructures. Les secteurs agricole et minier, principaux moteurs de la croissance économique du Burkina Faso, soutiendront les exportations.

Les bonnes performances de ces deux secteurs, ainsi que les investissements publics, porteront l’activité économique, en partie sous l’impulsion du Plan national de développement économique et social (PNDES). «Les notes du Burkina Faso sont également soutenues par son appartenance à l’UEMOA, ce qui réduit, à notre avis, les risques extérieurs spécifiques au pays et constitue un point d’ancrage de la politique économique ; de même, elles s’appuient sur un important soutien financier extérieur de la part des partenaires multilatéraux et bilatéraux», indique S&P.

Par ailleurs, l’agence incite le gouvernement burkinabè à poursuivre ses efforts, avec l’aide du FMI, ses réformes politiques et économiques qui améliorent l’efficacité et la qualité des dépenses publiques ainsi que le climat des affaires dans le pays, tout en réduisant progressivement la pauvreté. «Nous prévoyons que le déficit public atteindra 3,0% en 2019, contre 4,9% en 2018, grâce notamment aux recettes supplémentaires provenant de la vente de licences 4G pour 200 millions de dollars.

En outre, la consolidation budgétaire reflète l’obligation de se conformer aux critères de la Banque centrale de l’UEMOA (BCEAO), le soutien apporté par le Fonds monétaire international (FMI) et le plan actuel visant à augmenter les recettes fiscales et à moderniser l’appareil administratif», relève S&P.

Toutefois, l’environnement sécuritaire instable, le cycle électoral et la forte demande des services publics continueront de peser sur les dépenses de l’Etat. L’agence pourrait relever les notes si le rythme de croissance économique du Burkina Faso se révélait sensiblement plus soutenu que les prévisions actuelles, ou si les déficits extérieur et budgétaire, ainsi que le ratio de la dette publique nette par rapport au PIB, diminuaient. Pour terminer, S&P Global Ratings se réserve la possibilité d’abaisser les notes du Burkina Faso si le pays ne parvenait pas à consolider les avancées institutionnelles qu’il a réalisées ou si le gouvernement ne parvient pas à réduire son déficit budgétaire.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR