Education : la CNSE annonce une grève de protestation le 18 avril

Education : la CNSE annonce une grève de protestation le 18 avril

Après une trêve de trois mois, la crise qui secoue le secteur de l’éducation nationale refait surface. Vendredi 6 avril dernier au sortir d’une Assemblée générale, la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) a décidé de reprendre la lutte.

Elle a en effet, annoncé une grève de 24 heures pour le 18 avril 2019. Selon la coalition des syndicats de l’éducation, cette grève de protestation sera ponctuée de marche-meeting sur l’ensemble du territoire national. La CNSE dit avoir décidé de rentrer en lutte pour exiger du gouvernement la mise en œuvre intégrale du protocole d’accord signé entre les deux parties.Il s’agit principalement de :

– l’octroi d’une bonification d’un échelon à tout le personnel du MENA pour compter du 1er janvier 2018, avec constatation de l’effet financier à partir du 30 septembre 2018 ;

– la création des emplois des administrateurs d’établissement et des personnels de laboratoire dans un délai de trois (3) mois, à compter de la date de signature du protocole ;

– la reconstitution de carrière des personnels des ex-garderies populaires dans un délai d’un mois, à compter de la date de signature du protocole, pour son règlement définitif ;

– l’allègement des procédures pour la réalisation des infrastructures scolaires et l’allocation de budget de fonctionnement des établissements scolaires ;

– la disponibilisation de conclusion d’une réflexion en vue de trouver une solution structurelle aux CEBNF dans un délai de trois (3) mois à compter de la date de signature du protocole ;

– l’application effective de la convention collective de l’enseignement privé laïc signée entre les organisations syndicales et l’UNEEPL, et son extension aux autres types d’enseignement privé ;

– la dotation du personnel en kit pédagogique pour compter de la rentrée scolaire en cours et la prise de mesures pour faciliter l’acquisition d’ordinateurs par les travailleurs de l’éducation et de la recherche ;

– le respect des effectifs dans les classes conformément aux normes nationales ;

Au terme de ce délai, la Coordination dit avoir constaté  que «les conclusions sont loin d’être satisfaisantes. Sur l’ensemble des points rappelés dans la correspondance du 1er février 2019, aucune n’est entièrement satisfaite».

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR