Énergies et énergies renouvelables : La SEERA bat son plein à Ouagadougou

Énergies et énergies renouvelables : La SEERA bat son plein à Ouagadougou

La Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique  (SEERA) se tient à Ouagadougou du 4 au 6 avril 2019. Avec pour thème : «Politiques et innovations pour une transition énergétique réussie», cette 3e édition du SEERA qui a pour pays invité d’honneur, le Maroc, est parrainée par Lassina Zerbo, secrétaire exécutif de l’Organisation du traité sur l’interdiction complète des essais nucléaires  (OTICEN).

La première édition de la Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique  (SEERA) a eu lieu en 2016 et est une initiative adoptée par le département de l’énergie en collaboration avec ses partenaires, dans le but de diffuser les connaissances et les informations utiles à la compréhension et à la promotion des énergies et des énergies renouvelables aussi bien en Afrique qu’au Burkina Faso. La SEERA 2019, placée sous le thème : «Politiques et innovations pour une transition énergétique réussie», offre un cadre harmonisé d’échanges entre les acteurs nationaux, africains et internationaux issus des secteurs publics et privés, impliqués dans le domaine de l’énergie et d’autres domaines connexes. Selon les organisateurs, le thème choisi entre en droite ligne avec les objectifs du PNDES 2016-2020, qui ambitionne faire du secteur de l’énergie un des piluliers du développement économique et social du pays. «Le thème choisi est digne d’intérêt car la réussite de la transition énergétique qui est une ambition majeure pour de nombreux pays africains en général et le Burkina Faso en particulier passe notamment par le choix de politiques qui prennent en compte l’innovation», a laissé entendre le ministre de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo. Et de préciser que leur ambition est d’atteindre d’ici à 2020, une puissance disponible de 1 000 MW, un million d’abonnés au réseau SONABEL, un taux d’accès national à  l’énergie de 45%, un taux d’électrification rural de 19% et une part de 50% des énergies renouvelables dans le parc énergétique national. Le pays invité d’honneur de cette troisième édition est le Maroc et on enregistre la participation de plusieurs experts venus d’Afrique et du monde, et de plus de 1 500 participants et exposants. Cet évènement est une opportunité d’échanges autour des problématiques telles que l’harmonisation des politiques énergétiques en Afrique, la mutualisation des investissements interrégionaux du secteur de l’énergie, la contribution des partenaires techniques et financiers et du secteur privé au financement des infrastructures énergétiques, la contribution des financements innovants pour le développement de l’industrie énergétique en Afrique, la mise en place d’un cluster énergies renouvelables et efficacité énergétique et l’accès des populations rurales aux services énergétiques modernes. Selon l’ambassadeur du Maroc au Burkina, pays invité d’honneur, ils se réjouissent des initiatives prises par le Burkina Faso pour assurer l’accès durable à l’énergie pour tous et l’adoption en avril 2017 par l’Assemblée nationale de la loi portant réglementation générale  du secteur de l’énergie en est une illustration. «En effet, au titre des innovations induites par cette loi, nous pouvons retenir la consécration de la promotion des énergies renouvelables de l’efficacité énergétique ainsi que la mise en place d’un cadre institutionnel pour l’installation des producteurs indépendants d’électricité», a déclaré l’ambassadeur du Maroc au Burkina. Le parrain de cette édition est le secrétaire exécutif de l’Organisation du traité sur l’interdiction complète des essais nucléaires  (OTICE), Lassina Zerbo. Pour ce dernier, les défis énergétiques auxquels font face les pays d’Afrique demeurent une contrainte pour leur transformation structurelle, d’où la nécessité pour ces États de développer d’autres sources d’énergie. «Le thème de cette édition de la SEERA permet de traduire la vision du gouvernement burkinabè par l’offre d’opportunités d’affaires aux différents acteurs, d’attirer les investisseurs et de soutenir le développement durable du secteur de l’énergie en vue d’une transition énergétique réussie», soulignera t-il.

Larissa KABORÉ

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR