Forces armées nationales : suspension des départs volontaires jusqu’à nouvel ordre

Forces armées nationales : suspension des départs volontaires jusqu’à nouvel ordre

Dans une note de service rendue publique dans le vendredi 22 novembre  2019, et signée par le Chef d’état-major général des armées (CEMGA), le général Moïse Miningou a annoncé la suspension du traitement des demandes de départs volontaires de l’armée. «Eu égard aux exigences des engagements opérationnels actuels, le traitement des demandes de disponibilité, de résiliation de contrat et de radiation des cadres des forces armées nationales pour convenances personnelles est suspendu jusqu’à nouvel ordre», a informé le chef d’état-major général des armées, le général de brigade Moïse Miningou.

Dans la même lancée, il précise que «l’engagement des forces armées nationales à relever le défi de sécurisation des populations locales et de la défense de l’intégrité du territoire national passe par la disponibilité opérationnelle de ses ressources humaines».

Pour finir, la note signée le 20 novembre indique que les premiers responsables des différentes sections des Forces armées nationales sont chargés de l’application de la présente note de service. Selon une source sécuritaire, la prise de cette note de service intervient au moment où plusieurs demandes de départs volontaires ou de disponibilité de résiliations…, ont été introduites auprès des services de l’armée nationale.

Depuis avril 2015, où le Burkina Faso avait enregistré la première incursion terroriste sur son sol, les attaques se sont multipliées avant de s’intensifier  et s’étendre sur plusieurs autres régions provoquant plusieurs morts et des départs forcés des populations. A ce jour, et selon un décompte non –officiel, on dénombrerait au moins 700 personnes tuées dont de nombreux militaires, gendarmes, policiers, agents des Eaux et Forêts, mais aussi des civils et des centaines de blessés. Les déplacés se chiffrerait à environ 500 mille personnes installées dans plusieurs provinces.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR