Forum sur la sécurité et la coopération de Dakar : Le guerrier soufi toucouleur peut être un inspirateur !

Forum sur la sécurité et la coopération de Dakar : Le guerrier soufi toucouleur peut être un inspirateur !

7 contrats signés dont un de l’AFD portant sur l’achat de 3 patrouilleurs marins anti-terroristes et le sabre d’un érudit, d’un guide spirituel du 19e siècle celui d’El Hadj Omar Tall dont le QG est à Tivouaane lequel sabre a été  remis par le premier ministre français Edouard Philippe au président sénégalais Macky Sall, c’est la manifestation hier 17 novembre de «la relation singulière», de «l’exemplarité et du dynamisme» de la coopération France-Sénégal. Macky Sall, en bon poular de Fathik doit ressentir à titre personnel de la fierté pour ce lointain aïeul du Fouta-Toro.

A la tête d’une forte délégation dont les ministres des Affaires étrangères, Jean yves Le Drian et Florence Parly des Armées, le chef du gouvernement français, a donc voulu marquer le prélude de ce 6e rendez-vous sur la sécurité et la coopération de la capitale sénégalaise, par des gestes forts entre les deux pays.

Sécurité et migration tel est le plat de résistance de cette 6e cuvée dakaroise. Des thèmes-marronniers qui reviennent à diverses tribunes, et dont chacun s’accorde à dire qu’ils sont consubstantiellement liés et une lutte de l’un sans l’autre est voué à l’échec.

Entre les passeurs-criminels de Libye ou d’ailleurs qui embarquent les nouveaux boat-people sur des rafiots qui cinglent la méditerranée, vers une Europe de Cocagne pardon vers la mort certaine, et les terroristes qui tuent chaque jour dans le Sahel burkinabè ou le Nord du Mali, c’est bonnet-blanc, blanc-bonnet. Tous doivent être combattus.

Politiques, et experts parleront encore à Dakar de ce terrorisme au Sahel, du G5-Sahel, de Barkhane, de la CEDEAO, qui veut étendre le G5 au Golfe de Guinée, car si les verrous burkinabè et malien sautent, ce sont les ports maritimes du Togo, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal qui seront sous coupe réglée de ces djihadistes.

Et si on décidait pour une fois d’agir hic and nunc, de ne plus faire des projections et des prospectives ?

A Biarritz, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont mis sur les fonts baptismaux le «partenariat pour la sécurité et la stabilité pour le Sahel», ce fameux «P3S», qui viendra à la rescousse du G5-Sahel. «Or, les terroristes sont mieux armés que le G5-Sahel» fulmine Idriss Deby le président tchadien, qu’on peut soupçonner de tout, sauf de manquer de courage et d’actes.

Et si au-delà des discxours, on faisait déjà fonctionner le G5-Sahel ? Car anticiper sur le Golfe de Guinée, alors que les terroristes semblent justement, avancer dans les pays de l’hinterland, c’est comme si on voulait sécuriser l’Afrique de l’Ouest utile (les pays côtiers), et délaisser le reste comme une arrière-cour (Sahel central) inutile, économiquement.

Se rassembler pour la 6e fois pour parler sécurité, ajouté aux autres cénacles en Afrique, en Europe…, ça commence à rimer avec laisser la proie pour l’ombre, et à faire du dilatoire ! Trop de sommets contre l’insécurité tuent la sécurité !

Et si enfin on agissait concrètement comme le propriétaire du sabre remis hier à Macky ? Croisade contre l’armée coloniale française, siège du Fort de Médine, guerre contre les royaumes de Kaarta et de Ségou, le fondateur de l’Empire toucouleur, fut un soufi doublé d’un guerrier redoutable doublé d’un grand stratège qu’auraient apprécié les actuelles forces de sécurité qui luttent contre les combattants asymétriques ! Et si on s’inspirait de  celui qui disparut mystiquement, dans la falaise de Bandiagara le 12 février 1864 ?

Et si on amenuisait la parlotte au détriment de l’action ?  Le Sahel y gagnerait de même qu’à coup sûr les pays côtiers, épargnés jusqu’à présent, mais non à l’abri de velléités d’attaques terroristes.

Sam Chris

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR