G5-Sahel : Le général Hanena salue l’efficacité mauritanienne dans la lutte contre le terrorisme

G5-Sahel : Le général Hanena salue l’efficacité mauritanienne dans la lutte contre le terrorisme

 

Le général Hanena Ould Sidi, le successeur du général malien Didier Dacko, a, lors d’un entretien avec les journalistes du journal français «Le Point», expliqué les fondements du choix porté sur la Mauritanie par rapport au commandement du G5-Sahel.

Dans un entretien publié le mardi 18 juillet 2017 dans le journal «Le point», le général mauritanien, désormais chef du commandement du G5-Sahel, explique ce qu’on pourrait appeler les raisons qui font de la Mauritanie le pays le plus méritant de ce poste. Car, dit-il, la Mauritanie a été à plusieurs reprises confrontée au terrorisme et cela depuis 2005. À ses dires, c’est ce qui aurait amené ce pays à mettre en place des dispositifs mieux adaptés afin de faire efficacement face à ce phénomène mondial.  À l’en croire, la Mauritanie s’est attelée à une réorganisation de son armée tout en multipliant les formations, en mieux l’outillant par la mise en place des groupes spéciaux connus sous le nom de GSI qui sont assez mobiles et rapides d’intervention ; le volet développement n’a pas été négligé.

Cette structuration a commencé à porter ses fruits depuis 2011, dit-il. Tous ceux-ci dénotent que la Mauritanie a une longue expérience en matière de lutte contre le terrorisme.

Le général Hanena n’a pas oublié de préciser leur territoire d’intervention. À ses dires, les forces mauritaniennes ainsi que celles du G5-Sahel étendent leurs actions sur toutes les frontières. En ce qui concerne l’homogénéité des actions de toutes les forces composantes cette «task force», le général n’a pas manqué d’évoquer les conditions dans lesquelles les formations sont organisées, ainsi que l’insertion dans ladite force. Les troupes des cinq pays composant cette force du G5-Sahel, Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger et Tchad, travaillent dans une parfaite collaboration afin d’instaurer la paix partout dans le Sahel, a-t-il rassuré. Le nouvel homme fort du G5-Sahel a tenu à montrer la volonté de la Mauritanie à mettre en place une force de ce genre depuis bien avant que l’initiative du G5-Sahel tombe. C’est la raison pour laquelle, affirme-t-il, quand les dirigeants de ces quatre pays l’ont approché, elle n’a pas hésité à partager l’initiative.

Rappelons que le départ du général Didié Dacko intervient après l’attaque perpétrée contre le quartier général du G5-Sahel le 29 juin dernier. Cette attaque s’est traduite comme un défaut de commandement et c’est ce qui a abouti au remplacement du général malien par celui mauritanien.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR