Ghana : face aux ingérences, le procureur spécial démissionne

Ghana : face aux ingérences, le procureur spécial démissionne

Alors que son rapport pointait de nombreuses irrégularités dans la mise en place et l’entrée en bourse du fonds «Agyapa Royalties», le procureur spécial ghanéen Martin Amidu n’a pas réussi à arrêter le processus. Il a donc présenté sa démission au président, évoquant un manque d’«indépendance».

Au Ghana, le procureur spécial Martin Amidu (photo), en charge des dossiers de corruption, a présenté au président Nana Akufo-Addo sa démission le 16 novembre. Dans la lettre adressée au chef de l’Etat et relayée par Reuters, l’homme de loi précise que sa décision est motivée par son incapacité à mener à bien sa mission, notamment dans le cadre des soupçons d’irrégularités pesant sur l’introduction en bourse d’Agyapa Royalties, le fonds chargé de collecter les redevances minières.

«La réaction que j’ai reçue pour avoir osé produire le rapport anticorruption d’Agyapa Royalties Limited Transactions me convainc […] que je n’avais pas la possibilité de faire valoir une quelconque indépendance en tant que procureur spécial», explique M. Amidu, qui rend donc le tablier après environ trois ans à ce poste.

Cette démission sonne comme un véritable camouflet pour le gouvernement ghanéen qui présente ce projet de fonds comme un moyen de soutenir l’investissement dans le secteur minier sans recourir à la dette. Néanmoins, les détracteurs, la société civile et opposition politique, pointent du doigt des malversations, évoquant par exemple le siège d’Agyapa dans l’île de Jersey. Il s’agit en effet d’une dépendance britannique considérée comme un paradis fiscal.

Rappelons que le processus d’introduction en bourse du fonds qui vise à lever 400 à 500 millions $ grâce à l’excellent cours de l’or, est suspendu depuis plusieurs semaines. Un deuxième examen parlementaire du projet a été récemment demandé par le président Akufo-Addo, mais il n’interviendra pas avant l’élection présidentielle prévue pour le 7 décembre prochain.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR