Journées parlementaires MPP :  Les forces de défense et de sécurité à l’honneur

Journées parlementaires MPP : Les forces de défense et de sécurité à l’honneur

La tenue des journées parlementaires, la rencontre des forces vives de la nation sur les conditions de rémunération des agents de l’Etat, le procès du putsch manqué du 16 septembre 2015, etc., sont autant de sujets qui ont alimenté les échanges au cours du point de presse, animé par le président du groupe parlementaire MPP, Lassiné Ouattara. C’était le mardi 6 mars 2018, à Ouagadougou.

«Problématique de l’insécurité et de l’incivisme : quel regard et quel apport du groupe parlementaire MPP». C’est sur ce thème que le groupe parlementaire MPP va échanger du 16 au 18 mars 2018 à Dori, lors de ses journées parlementaires. C’est le président du groupe, Lassiné Ouattara, qui l’a annoncé, au cours du point de presse qu’il a animé, le mardi 6 mars 2018. Il justifie le choix du thème comme celui de la ville qui va abriter lesdites journées comme étant la volonté de rendre un hommage aux vaillantes forces de défense et de sécurité qui luttent au quotidien contre le terrorisme. Il faut rappeler que ces journées parlementaires se tiennent quelques jours après l’ouverture de la première session ordinaire de l’année de l’Assemblée générale, prévue pour être effective le 7 mars 2018. A en croire le président du groupe parlementaire MPP, ladite session s’ouvrira au moment où les forces vives de la nation vont discuter des conditions de rémunération des agents de l’Etat. Tout en saluant la tenue de ces concertations, le groupe parlementaire espère des propositions et recommandations en phase avec le PNDES, à la fin des travaux. C’est important selon lui, car «cette conférence est de portée majeure pour la nation et chaque composante a son mot à dire», a-t-il soutenu. Pour ce qui est du procès du putsch manqué du 16 septembre 2015, Lassiné Ouattara, au nom du groupe parlementaire, a souhaité qu’il reprenne le plus rapidement pour un début de réconciliation du vaillant peuple burkinabè avec sa justice.

Thierry AGBODJAN

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0