Journées promotionnelles des produits maraîchers du Centre : Un cadre pour promouvoir l’agriculture périurbaine

Journées promotionnelles des produits maraîchers du Centre : Un cadre pour promouvoir l’agriculture périurbaine

La première édition des journées promotionnelles des produits maraîchers de la région du Centre a eu lieu du 21 au 23 février à la maison du peuple. Durant 72 heures, les maraîchers étaient en concertation en vue de trouver des pistes de solutions pour mieux valoriser le secteur. La cérémonie d’ouverture a eu lieu le samedi 22 février 2020.

«Agriculture périurbaine, potentialités et opportunité du sous-secteur du maraîchage», c’est sur ce thème que s’est tenue la première édition des journées promotionnelles des produits maraîchers de la région du Centre. Du 21 au 23 février 2020, les maraîchers recherchent ensemble des pistes de solutions endogènes aux problèmes d’intensification de la production maraîchère. Cette initiative est de la coopérative maraîchère Nabonswendé avec l’appui du promoteur, le Neemd Naaba, à l’état civil Jean-Paul Tapsoba. La cérémonie d’ouverture a eu lieu le samedi 22 février 2020, en présence de plusieurs autorités. Prenant la parole, le promoteur a indiqué que cette initiative née de la volonté d’offrir aux producteurs, aux transformateurs et aux promoteurs un cadre de rencontre et d’échanges en vue de promouvoir non seulement la maraîchéculture mais aussi l’agriculture périurbaine dans son ensemble. Pour lui, lorsqu’on parle d’agriculture, on ne fait pas allusion à Ouagadougou pourtant elle est bien présente. C’est pourquoi, il pense que les politiques et stratégies en matière d’agriculture devraient impliquer davantage la province du Kadiogo et la région du Centre en général. «C’est le cri du cœur des promoteurs», a-t-il dit.

A l’entendre, l’importance de la maraichéculture dans la région du Centre n’est plus à démontrer. En effet, les marchés sont quotidiennement approvisionnés par des denrées issues en majeure partie des jardins et champs qui foisonnent dans les zones périphériques de Ouagadougou et les six communes rurales. Cette activité, en plus de générer des ressources financières aux producteurs et transformateurs, contribue à la préservation de la biodiversité de la région. En dépit de ces atouts, le secteur selon les dires du promoteur rencontre d’énormes difficultés (manque d’eau, manque d’espaces cultivables, la cherté des intra agricoles, etc. 

En outre, les produits récoltés et non écoulés à temps connaissent un taux de déperdition élevé par manque de matériel de conservation. Il se pose donc la nécessité d’une transformation à grande échelle des produits. Conscient des contraintes majeures des maraîchers,  le parrain, Eric Kiemtoré, président du conseil régional du Centre a indiqué qu’un projet dénommé «projet de développement de la filière maraîchère dans la région du Centre», a été initié. Il a pour objectif de développer la filière fruit et légume en mettant en relation ordonnée l’offre et la demande des produits maraîchers de bonne qualité de manière durable dans la région du Centre.

De plus, le conseil a aussi mis en place des coopératives maraîchères dans chaque commune rurale et trois dans la commune de Ouagadougou. Dans chaque coopérative, un centre de conditionnement avec un magasin de stockage a été construit. «En partenariat avec la région Bretagne de France, nous sommes en train d’installer des chambres froides pour pouvoir stocker, conditionner… et offrir des produits en qualité et en quantité au niveau de la région du Centre», a-t-il ajouté. Tout en saluant cette initiative, le représentant du ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-agricoles, Boukari Ouédraogo, a souligné que le ministère est disposé à accompagner de telles initiatives qui permettent de valoriser la maraîchéculture. 

Représentant le président de l’Assemblée nationale, Abdoulaye Mossé, a salué cette initiative et encouragé les maraîchers à persévérer dans cette lancée. Pour lui, quand des coopératives arrivent à réfléchir ainsi, il appartient donc aux acteurs qui sont au premier rang notamment le député Neemd Naaba, de faire en sorte que l’Assemblée puisse avoir de la matière première afin de voir comment mieux les protéger.

Durant ces 72 heures, plusieurs activités étaient au programme. Les acteurs ont pris part à un panel portant sur trois communications. A l’issue du panel, quatre recommandations ont été faites. Par ailleurs, en plus des expositions des différents produits maraîchers, les meilleurs acteurs ont reçu des distinctions.

Pélagie OUEDRAOGO

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR