Lancement  du FESPACO à Paris et Bruxelles : Bilan positif, selon le délégué général, Ardiouma Soma

Lancement  du FESPACO à Paris et Bruxelles : Bilan positif, selon le délégué général, Ardiouma Soma

Dans quelques jours, se tiendra la 26e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). Une 26e édition qui coïncide avec les 50 ans de l’institution. Pour ce faire, une tournée européenne a été organisée pour annoncer l’évènement et présenter le programme. A l’issue des deux conférences qui se sont tenues à Paris, le 15 et à Bruxelles, le 17 janvier 2019, le délégué général du FESPACO, Ardiouma Soma, a fait le point aux journalistes présents. Et selon lui, le bilan est positif dans l’ensemble, car les partenaires traditionnels ont tous confirmé leur participation.

Cette tournée européenne a été l’occasion de présenter le programme de la 26e édition, édition cinquantenaire du FESPACO. Une édition placée sous le renforcement professionnel et son repositionnement en vue du cinquantenaire. Dans l’ensemble, cette tournée est une réussite, selon le délégué général du FESPACO, Ardiouma Soma.  Elle a permis à l’équipe du FESPACO, de rencontrer à la fois des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel. Cette tournée a aussi été l’occasion pour l’équipe de rencontrer des doyens des cinémas d’Afrique et de la diaspora, beaucoup de personnes qui s’intéressent  à la culture et au dialogue interculturel. «Nous avons eu aussi l’occasion de rencontrer les partenaires qui accompagnent le FESPACO depuis de longues années, ainsi que de nouveaux partenaires qui s’intéressent au développement culturel sur le continent africain, au cinéma, au contenu audiovisuel et sont intéressés à associer leur image au FESPACO, associer leur image au combat que mène la biennale du cinéma africain pour la promotion d’une industrie véritable du cinéma et de l’audiovisuel sur le continent pour faire de l’espace FESPACO tous les deux ans, un espace mondial pour le dialogue des cultures», a-t-il dit.

Malgré un contexte assez particulier avec la recrudescence des attaques terroristes dans le pays, Ardiouma Soma explique que durant cette tournée, c’est la culture, le dialogue culturel et le cinéma qui ont été mis en avant, car ils peuvent être utilisés pour renforcer la résistance. «Qu’on se retrouve autour de la culture, du cinéma qui va permettre de mieux  communiquer, qui va permettre au peuple de se connaître. Quand on se connaît et qu’on communique, je pense qu’on peut apaiser beaucoup de choses.

Le monde d’aujourd’hui a besoin peut-être d’un peu plus d’humanisme et c’est la culture, le cinéma qui peuvent faire la promotion de cet humanisme-là», a-t-il suggéré. C’est pourquoi, il pense que les cinéastes, les promoteurs de cinémas, les communicateurs, etc., ont une grande responsabilité. Ces derniers doivent à travers leurs productions, contribuer à apaiser toute cette atmosphère. En somme, la question sécuritaire est une réalité, mais pour Ardiouma Soma, cela n’a pas entaché les relations qu’ils entretiennent avec leurs partenaires. «Nos partenaires traditionnels ont répondu présent à cette 26e édition, malgré un contexte difficile», a-t-il renchéri. Après cette tournée européenne, les responsables du FESPACO, entendent continuer la campagne de communication en Afrique.

Pélagie OUEDRAOGO (Paris-Bruxelles)

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR