Lassina Ouattara : «L’opposition fait trop de confusions à l’hémicycle»

Lassina Ouattara : «L’opposition fait trop de confusions à l’hémicycle»

Le 4 juin dernier marquait la clôture de la 1ère session de l’année 2018. Et comme à l’accoutumée, chaque groupe parlementaire a animé une conférence de presse pour se prononcer là-dessus. Le vendredi 8 juin 2018 à l’hémicycle, c’était au tour du  Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti majoritaire de sacrifier à  ce rituel.

«Pendant 90 jours les députés ont redoublé d’ardeur pour plancher sur divers dossiers. Et ce sont au total, 27 projets de loi qui ont été votés, au nombre desquels on peut citer : le projet de loi portant code pénal, le projet de loi portant statut du cadre de la police nationale, le projet de loi portant réglementation générale du renseignement au Burkina Faso», a fait savoir Lassina Ouattara, sur les  travaux de la 1e session de l’année 2018, qui ont refermé leurs portes, le  lundi 4 Juin dernier. C’est dans ce contexte que le MPP a animé une conférence de presse, le vendredi 8 juin 2018, à l’Assemblée nationale, pour revenir en détail sur les différents points qui ont marqué ces 90 jours de travaux. Mais,  une fois la phase questions/réponses  ouverte, les échanges se sont beaucoup plus tournés sur l’opposition politique  et les grèves des financiers.En ce qui concerne la grève des financiers qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, le MPP, par le truchement de son premier responsable, Lassina Ouattara, a exhorté les parties prenantes à privilégier la négociation. Sinon, prévient-il, «si la machine de l’Etat est enrhumée, beaucoup de personnes vont éternuer». Aussi, a-t-il lancé un appel au sens patriotique à l’endroit des uns et des autres, afin que cette crise qui secoue le pays, depuis un certain temps, soit résolue. «Le sens du patriotisme est la branche du bien commun sur laquelle on est tous assis, si nous la scions et bien nous allons tomber», a-t-il fait savoir. Sur la question du salaire de la ministre qui a constitué un  sujet à polémique, Lassina Ouattara dit ne pas avoir vu le bulletin de salaire de cette dernière et par conséquent, polémiquer sur un salaire n’intéresse pas l’opinion. En réponse aux allégations de l’opposition politique sur le fait que l’Assemblée nationale a reculé, en termes de démocratie, à en croire Lassina Ouattara, le MPP déplore : «il serait honnête pour l’opposition parlementaire de lire et de comprendre ou de se faire expliquer les textes, au lieu de faire des déclarations inondées». Pour son premier responsable, l’opposition parlementaire à la propension de confondre  le rôle de la conférence des présidents et celui de la présidence de l’Assemblée nationale, «qui jusqu’à preuve du contraire, n’est pas dirigé par un directoire». Sur la question du projet de loi portant statut du chef de file de l’opposition, le parti majoritaire explique : «après une concertation, nous avons simplement demandé que ce projet de loi soit retiré pour un examen ultérieur et nous avons choisi la formule qui avait moins de casse». Et Me Bénéwindé Stanislas Sankara d’ajouter : « je dois rappeler que le projet de loi portant modification de la loi portant statut de l’opposition politique est venu du gouvernement. C’est le gouvernement qui a envoyé son projet et c’est encore le gouvernement qui a estimé qu’il veut retirer son projet». A l’entendre, c’est à travers une conférence de presse que l’opposition a révélé que le  gouvernement n’avait pas le droit de retirer son projet, chose que le parti majoritaire trouve absurde. «Nous avons une opposition qui est incapable de se mettre au diapason des exigences actuelles de la démocratie», foi de Me Sankara. A l’en croire, l’opposition politique est  reconnue désormais par ses querelles «de bas ventre», au lieu d’être un contrepouvoir pour la marche de la démocratie au Burkina Faso. «Nous avons une opposition qui n’excelle que dans les conférences de presse», a-t-il déploré.

Omar SALIA (Collaborateur)

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0