Les Russes à Ménaka : Remplir le vide sécuritaire de Barkhane, une gageure !

Les Russes à Ménaka : Remplir le vide sécuritaire de Barkhane, une gageure !

Les soldats français de Barkhane ont quitté Ménaka le 13 juin 2022 et ont remis les clefs du camp aux FAMa, comme ils l’ont fait à Gossi. Et au fur et à mesure que Barkhane se réarticule, il y a incontestablement, un espace que l’opération française laisse.

Dernier en date Ménaka, intervenu le 15 juin dernier, remplacés dit-on au pied levé par Wagner, les hommes russes appelés à la rescousse par le Mali pour faire ce que la Transition estime être un échec de Barkhane.

Si la problématique de ce vide se pose avec acuité, c’est que s’y déroule une guerre d’une branche de l’Etat islamique contre le MSA et GATIA, stipendiés par Bamako, lesquels ont signé le poussif accord d’Alger. Si selon certaines sources, la coexistence n’est pas encore effective, «pour le moment, nous n’avons aucun contact avec eux», affirme un membre du MSA-GATIA, on ne sait pas comment va évoluer ce partenariat de circonstance entre les FAMa, le MSA-GATIA et le groupe Wagner.

Les FAMa sont aux côtés du MSA-GATIA, donc en principe, les Russes à Ménaka ne peuvent que massifier les rangs de ce groupe. Or, le MSA-GATIA, selon toujours l’interlocuteur cité plus haut, dit que sa structure n’a pas été informée de l’arrivée des Russes.

Les chiffres sont invérifiables, mais on cite 40 à 50 Russes de Wagner qui ont pris pied à Ménaka depuis ce mercredi 15 juin 2022, à bord d’aéronefs de l’armée malienne, mais sans aucun soldat malien. Evidemment, silence radio du côté de l’état-major des FAMa, sur la présence de ces supplétifs russes, de même que les autorités maliennes ne sont pas volubiles sur l’ampleur des batailles FAMa # MSA-GATIA, qui auraient fait entre 300 et 500 victimes.

L’hypothèse crédible à laquelle même les Nations unies font foi est une attaque en bonne règle contre Ménaka par l’EIGS, d’ici les prochains jours afin de mettre cette localité sous sa régence djihadiste. Car des localités comme ça au Mali, il en existe, où l’Etat malien est toujours absent.

Les Russes sont-ils à Ménaka pour empêcher un tel scénario catastrophique ? Et quel sera le mode de défense, seuls ou en tandem avec les FAMa-MSA-GATIA, vu que ces mêmes Russes, «soldats de l’ombre» s’il en est, le Mali ne veut pas trop en parler, tout juste brandit-on les victoires engrangées par eux. On attend de voir, la stratégie qui y sera déployée dans cette ville qui, petitement mais inexorablement, sent les griffes des djihadistes la saisir.

La REDACTION

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR