Libération de détenus en Algérie :  La cour assidue de Tebboune au Hirak

Libération de détenus en Algérie : La cour assidue de Tebboune au Hirak

Près de 80 détenus proches ou sympathisants du contestataire mouvement algérien Hirak ont été remis en liberté provisoire, en attendant leur procès. C’est le cas de ma figure emblématique de la contestation qui a éclaté depuis février 2019 en Algérie : Lakhdar Bourgaa.

Cette libération, même si elle est provisoire, est assurément un grand symbole du président algérien Abdelmajid Tebboune à l’endroit du Hirak. Bourgaa est l’un des soldats de la guerre d’indépendance. Il a une grande aura auprès des contestataires. Le libérer est donc un geste d’ouverture et entre dans la ligne de la main que le nouveau Chef d’Etat algérien a tendue à ses compatriotes.

Du reste, la libération des détenus arrêtés dans le cadre des manifestations qui ont éclaté depuis pratiquement une année était l’une des fortes revendications des contestataires. Et y apporter une réponse, même si elle partielle, étant donné que les détenus devront passer par la case du procès, est un grand pas vers une éventuelle réconciliation entre les tenants du pouvoir et la majorité des Algériens.

Certainement que Abdelmajid Tebboune ne sera regardé du même œil. La tonicité de l’animosité qu’il a suscitée au sein des contestataires connaîtra une certaine baisse dans sa densité.

Le chemin reste toutefois long avant que les manifestants ne l’accueillent bras ouverts. Les scènes de liesse à l’annonce des libérations doivent être prises comme des encouragements à continuer dans le sens de la prise en compte des aspirations des Algériens.

Et cela commencera avec la façon dont les contestataires seront jugés par la Justice. L’une des plaintes dans le gosier des Algériens est bien dirigée contre cet appareil qui semble être grippé et actionné sur une seule tonalité, celle de la satisfaction des désirs et des intérêts d’un système.

De vastes chantiers restent à défricher. La chape de plomb sur les libertés individuelles et collectives politiques, sociales et de la liberté d’expression, la transparence dans l’organisation des élections sans oublier l’égale et équitable répartition des richesses nationales figurent parmi les prochains défis à relever par le président Tebboune, pour être réellement en phase avec son peuple. S’il le réussit, son  nom restera gravé en or dans l’histoire de l’Algérie.

Ahmed BAMBARA

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR