Mahamat Idriss Deby Itno, président du CMT du Tchad : Au nom de la realpolitik et de la France

Mahamat Idriss Deby Itno, président du CMT du Tchad : Au nom de la realpolitik et de la France

-Oui, c’est un coup d’Etat qui s’est passé au Tchad au lendemain de la mort du maréchal.

-oui c’était le président de l’Assemblée nationale qui devait assurer l’intérim et organiser des élections telle que prescrite par la Constitution. Mais ledit occupant du perchoir est malade selon le porte-parole de la présidence.

-Oui on doit déplorer cette dévolution monarchique. Et chacun sait que telles que les choses se passent au Tchad, si ce n’est pas un militaire, la transition serait difficile.

Certes les rebelles menacent le Conseil militaire de la transition (CMT) mais ce danger a toujours existé. Qu’est-ce qui prouve que même si c’était le président de l’Assemblée nationale Mahadi Ali et ses camarades auraient baissé les armes ?

Le Tchad n’est pas une démocratie chacun le sait. Le Tchad, c’est le clan Deby et plus largement les Zaghawas. Comme hier c’était les Goranes de Habré qui étaient les maîtres. Sans passion, les réalités de l’environnement politique exigent que le pays reste relativement stable, afin de disposer pour l’avenir c’est-à-dire penser aux élections inclusives à un Etat de droit et ce réalisme politique ne peut se faire qu’en associant le camp Deby. Ce clan qui en trois décennies s’est imposé, au propre comme au figuré, aux Tchadiens de tous les horizons à travers un maillage de toutes les sphères de la société du pays.

Des questions restent floues, on en convient sur les circonstances de la mort du maréchal qui on le sait était un féru des armes et des guerres  d’où son surnom de « guerrier du Sahel » qui résonnait au delà de la sous-région. Idriss Deby Itno  a-t-il trouvé la mort au front comme l’a déclaré l’armée dans son communiqué officiel ?

Pourquoi c’est  Mahamat Deby qui a été désigné pour succéder à son paternel pour conduire la Transition alors qu’il n’a que 37 ans même si côté militaire, il est très aguerri? Comment compte-t-il gouverner ce pays qui fait face depuis plusieurs décennies aux assauts répétés des groupes rebelles ?

Que va-t-il proposer aux populations et aux  forces vives pour s’offrir une transition apaisée ?

Que va-t-il proposer après cette transition de 18 mois ?

D’ores et déjà, des voix s’élèvent au sein du landerneau politique pour rejeter ce coup de force. La trentaine de partis politiques  qui rue dans les brancards et menace d’appeler au soulèvement populaire, va -t-elle se laisser conter les choses ?

Par quels subterfuges cette junte militaire, réussira-t-elle à conduire à bon port cette période assez fragile de l’histoire du Tchad ?

Les jours à venir s’annoncent incertains pour Mahamat et ses camarades. Même si le comité militaire de transition semble tenir la baraque.

Ensuite, la  France a pris acte de ce coup d’Etat et souhaite une bonne transition. Macron sera aux obsèques de Deby demain 23 avril. La France ne laissera pas le Tchad sombrer pour le salut du Sahel, pour ne pas vendanger tous les acquis de Barkhane, pour des raisons purement  logiques et aussi pour ce qu’a fait Deby pour elle. Et comme solde de tout compte ? Voire !

C’est le moins que peut offrir le président Macron à ce « guerrier » qui aura marqué de ses empreintes l’histoire de la lutte contre le terrorisme dans le Sahel. Adieu soldat Deby, adieu le warrior pourrait-on écrire comme épitaphe .

La rédaction

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR