Maroc-Algérie : Ça s’est gâté davantage  à l’ONU et sur le terrain

Maroc-Algérie : Ça s’est gâté davantage  à l’ONU et sur le terrain

Quand des grands de ce monde s’étripent comme des chiffonniers de surcroit sur une tribune comme  celle de l’ONU, c’est pitoyable. C’est pourtant ce qu’ont donné de voir l’Algérie et le Maroc ce 27 septembre à la 76e session de l’ONU. Eternel casus belli : le Front Polisario, avec la velléité d’un référendum d’autodétermination cautionné par l’Algérie, alors que le royaume chérifien considère la RASD comme son territoire à part entière.

De ce fait, du haut du parloir de l’ONU, le pourtant très pondéré Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères de l’Algérie est sorti de ses gonds pour envoyer une diatribe au Maroc, en le traitant d’Etat qui a «failli à ses responsabilités au Sahara occidental …» en assénant même que le droit du peuple sahraoui à disposer de lui-même est non négociable, inaliénable et imprescriptible. Pour peu, on aurait dit un Thomas Sankara qui parlait sur la tribune de l’ONU. Et le chef de la diplomatie algérienne de rappeler la décision du Conseil de l’UA de tenir des négociations directes entre le Maroc et la RASD.

La salve de réponse marocaine a également tonné, sous forme des mots de Nasser Bourita, le ministre des Affaires étrangères, qui a évoqué les dernières législatives régionales et locales qui créditent de 63% l’appartenance du Sahara occidental au Maroc. «Pas de solution viable si l’Algérie n’assume pas ses responsabilités».

A la suite de la rupture des relations diplomatiques entre les 2 pays décidée par l’Algérie, et l’interdiction de survol de son territoire au Maroc, on est loin de la désescalade avec cette montée d’adrénaline à l’ONU.

Et pour ne rien arranger en visite dans la deuxième région militaire (Oran) hier 28 septembre, le chef d’Etat major de l’armée algérienne Saïd Chanegriha, a accusé le Makhzen, c’est à dire l’Etat marocain de « conspirationnisme » et « d’expansionnisme ». M6 appréciera. Il faut vite une solution. Que font les monarchies du Golfe, les Etats Unis, la France, pour calmer ce jeu dangereux ?

L’UMA est en danger, la méditerranée se surchauffe, et ce sont 2 pays importants pour l’Occident. Si l’Espagne a pu bien laisser tranquille le Front Polisario, il doit bien y avoir une solution viable à cet espace de sable qui empoisonne les rapports Algérie-Maroc depuis plus de 40 ans ?

La REDACTION

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR